Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR (a) POÉSIES DE MON CŒUR (i)
Aide (a)

Une lettre pour M...

Bonjour, vieux camarade... Et comment vas-tu bien ?
Cela fait, mon dieu, combien... oui, combien
D'années que j'aurais pu t'écrire cette lettre ?
Ô nonchaloir de l'être... !

Excuse ma paresse.
On a le pas tranquille, on croit que rien ne presse
Et pourtant le temps, quel sacré fripon !
On salue le printemps, c'est l'hiver qui répond...

T'en souvient-il parfois ? Nous étions des gamins
– Cet air sérieux ! – qui voulions demain
Devenir « Policier... Non, attends : garagiste !
— Et moi... heu... journaliste ! »

Ambitions de mômes...
Qu'en reste-t-il quand on est devenu des hommes ?
(Il en reste que, lorsqu'il se fait tard,
On regrette souvent ses rêves de moutard).

Quoi de beau au village ? Est-ce que les enfants
Font comme autrefois tout ce qu'on défend ?
Dis, te rappelles-tu la vitre au père Alphonse ?
« Et m... ! Fonce, fonce ! »

À l'âge où l'on est gosse,
Plus terrible est la peur, plus la bêtise est grosse
Et plus on est fier d'avoir réussi.
« Faut rien dire à personne, hein ? » Ça, pas de souci,

Personne n'a rien dit... Le père Alphonse a fait
Changer le carreau naguère défait
Et les deux chenapans qui commirent ce crime
Sont restés anonymes !

J'ai su pour notre maître...
Je n'oublierai jamais ce qu'il faisait promettre :
D'être « droit, honnête, affable et poli » ;
La règle était ardue ; la formule jolie.

Je revois – c'était hier – la classe et son plafond
Aux poutres vernies, le gros poêle au fond,
Le bureau du maître en hauteur sur son estrade
Et nous, vieux camarade,

Déclamant un poème :
« Notre âme, c'est cet Homme amoureux de lui-même »,
« Le bûcheron passe avec son fardeau »,
Gloire au sieur La Fontaine et à Victor Hugo !

J'ai appris pour Jeannot... C'était un bon copain.
Jean et ses bonbons « au miel de sapin » ...
(Pourquoi me revient-il ce trait de gourmandise ?)
Puis nous, quoi qu'on en dise,

On suivra la consigne
Que Jeannot a suivie ; dès que la mort fait signe,
Nul ne peut, hélas, lui faire faux bond !
Y a-t-il tout là-haut des marchands de bonbons ?

D'autres s'en sont allés, je suppose... Vois-tu,
La vie nous ballotte, pauvres fétus.
« Loin des yeux, loin du cœur » dit un fameux proverbe.
Combien d'amis sous l'herbe ?

Allons, la vie est faite
Pour les vivants, dit-on et s'il faut que l'on fête
Les moments heureux, j'aimerais fêter
Celui où nous pourrons trinquer à nos santés !

Alors si le bistrot des Quatre Vieilles Croix
Est toujours ouvert (c'est Marie, je crois
Qui a pris le relais de sa mère Augustine),
Réserve deux chopines !

Oups... Quand je tiens la plume,
J'écrirais à remplir, oh, deux ou trois volumes !
C'est un peu ma faute, aussi... J'aurais dû
Me décider avant et quoi ? J'ai attendu.

Au revoir, vieux complice... À bientôt, qu'en dis-tu ?
Pareil, j'espère et si je me suis tu
Longtemps, pardonne-moi...

Donne de tes nouvelles.

Ton dévoué,
R. L...    
Annonay, dimanche 30 septembre 2018
Signature (a)
Signature (i)