Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR (a) POÉSIES DE MON CŒUR (i)
Ce site a été conçu pour être visualisé sur un écran d'ordinateur haute résolution (1 200 pixels de largeur minimum) et en mode paysage pour l'affichage en largeur fixe.
Aide (a)Conseils (a)Propos (a)

Sur le E en finale du mot,
précédé d'une voyelle
et suivi d'une consonne

À Gotlib et à l'élève Chaprot.

Dans l'hémistiche suivant, d'Alfred de Musset : « Qu'on vous voie. — Merci », il faut lire : voi-eu, le E ne pouvant s'élider sur une consonne, ici le M de Merci.
I

J'écrivais un charmant poème
Qui parlait de l'amour quand il se fait pressant :
« Ma tendre amie Aline, aime-moi, moi qui t'aime
D'un sentiment qui va croissant. »

C'est la distraction extrême
Qui m'inspire ces mots ? Aline est bien loin, sans
Le plus petit regret car c'est Sandra que j'aime.
Bon, bon, bon... « Ma tendre amie San... »

II

C'est alors qu'il a surgi
Du fond de mon encrier
En disant – non, il criait :
« On se croit donc tout permis ? »

Il avait un air énorme
Avec son très haut-de-forme,
Et sa redingote noire
Râpée, aux reflets de moire.

« Mais... qui êtes-vous ? D'où sortez-vous comme ça ?
— ...
— Parlez, nom de Dieu !
— Eh, t'ai-je donc tant surpris
Que tu ne fais plus de vers ?
Remarque, il ne vaut pas cher,
Ton poème, malappris !

— Écoutez, petit cloporte,
Vous n'aimez pas ? Que m'importe !
Cessez vite cette farce
Et ce n'est vraiment pas parce...

— Silence ! Tu te crois fort ?
Apprends plutôt tes leçons...
Est-il bête, ce garçon !
(Et sans faire aucun effort).

— Mais de quelles leçons s'agit-il, mon bon maître ?
(Le ton est ironique – il ne l'a pas saisi).
Mes pauvres vers – passons – n'ont pas l'heur de paraître
Dignes de la critique et de la poésie ?

Je parle de l'amour ! C'est un sujet, me semble–
T-il que tous les auteurs ont évoqué, pardi !
Amour, amour toujours... L'amour toujours rassemble
Les âmes et les cœurs... Enfin, ce que j'en dis...

— Mais l'amour je m'en fous ! C'est le E en finale
D'amie (ah, que résonne ici mal Sandra ; fi !)
Qui gêne, pauvre fou ! La règle générale
Refuse la consonne après... Oh, ça suffit !

— Quel E ? Quelle consonne ? Allons, je vous écoute.
Développez, mon cher, vous en mourez d'envie.
Je suis comme personne attentif, point n'en doute.
Faites-le-moi en vers et j'en serai ravi.

— Soit. Plaisantin qui te piques
D'écrire comme un classique,
Respecte donc les canons
De Calliope, crénom !

C'est ce E avec consonne
Qui doit sonner – et qu'il sonne ! –
Comme syllabe qu'on lit
Et que toujours tu oublies

Au prétexte, j'en chancelle,
Qu'il est fils d'une voyelle.
Ma tendre ami-eu Sandra
(Calliope m'absoudra

De dire une horreur pareille !)
Est insulte pour l'oreille.
Or on DOIT le dire ainsi.
Surtout ne dis pas merci...

Et quoi ? Te rends-tu pas compte ?
Ami-eu Sandra... La honte !
Ami-eu Sandra... Grands dieux,
Qu'un vers peut être odieux !

Mais Ma tendre amie Aline
Est un vers fort bien senti,
Aussi qui a bonne mine.
— Bon ! Mais Aline est partie

(Adieu, ma Parisienne !)
— Non ? Vrai ? Qui l'a remplacée ?
— Pour autant qu'il m'en souvienne,
C'est ma tendre amie... — Assez !

Sandra, je me le rappelle :
Sandra ; pas après amie !
S consonne, E voyelle,
On se croit donc tout permis ?

— Mais que faire de ma belle ?
— Prends-en une au nom charmant,
Charmant mais avec voyelle !
— Pour Sandra... Je fais comment ?

— Ôte-lui le S, bonhomme !
— Oui... Ma tendre amie Andra,
En draps pour croquer la pomme,
Promis, il m'en souviendra ! »

III

Il est reparti, l'ancêtre,
Au fond de mon encrier.
En grommelant : « Dur métier...
Lui aurai-je appris ? Peut-être... »

Il s'en est retourné, le chapeau de travers,
En pleurant sur « l'art véritable
Qui se perd, de faire des vers »,
Pathétique gardien des règles immuables.

Vous l'avouerai-je ici ? Il m'était sympathique,
Ce vieillard surfait – ô combien !
Mais moi je suis néo-classique,
Néo – front haut de même – et cela me va bien.

Ma tendre amie Sandra – maintenant qu'il a fui,
Reviens, Sandra, reviens, peuchère ! –,
Tu sais, pour la prochaine nuit,
Ô ma douce hôtesse, on ôt' S : en draps, ma chère !

IV

Cette histoire, messieurs-dames,
S'est jouée voilà longtemps
Sandra est partie (sans drame,
Emportant mes draps pourtant).

D'autres mies gentes et bonnes
Entre mes draps sont passées,
Aux voyelles – E – consonnes
Je n'ai jamais renoncé.

« Mes chéri-eu(s) je vous aime ! »
Dirait l'autre désuet.
Mes chéries dans mes poèmes
Votre E reste muet.

Le poète qui déclame
Suit la langue de son temps.
La mienne est vôtre, mesdames –
Honorablement s'entend.

Puis je vais changer mon poème
Qui parle de l'amour quand il se fait pressant :
« Ma tendre amie – voir note (*), aime-moi car je t'aime
D'un sentiment qui va croissant. »

(*) Note : ma lectrice, ici même
Je peux graver ton nom si ton cœur y consent.
J'ai des économies, un loft dans le seizième :
En bref, un coup intéressant.

V. Chute (puisqu'il en faut une)

« Chéri ! Lève-toi ! Suis dans la cuisine,
Ton café t'attend, avec tes tartines !
— (Ton ensommeillé) Mmm... Merci, Aline...

— (Ton étonné) Qui ? — Euh... Merci, Sandra ! »
(Mon étourderie bientôt me perdra –
Lecteur amoureux, tu me comprendras).

« Aline ? Sandra ? Moi, je m'appelle Ève ! »
Elle a fui sur l'heure : un amour s'achève.
Là je dis : bravo ! Scélérat de rêve...
Annonay, jeudi 14 mai 2015
Signature (a)
Signature (i)