Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR (a) POÉSIES DE MON CŒUR (i)
Ce site a été conçu pour être visualisé sur un écran d'ordinateur haute résolution (1 200 pixels de largeur minimum) et en mode paysage pour l'affichage en largeur fixe.
Aide (a)Conseils (a)Propos (a)

Ci-gît

À nos chairs disparues.
Ci-gît
Un pauvre avare aigri aimant les sous, l'artiche
Et l'or,
Les cimetières gris sont remplis de gens riches
Et morts.



Ci-gît
Un torero cocu – parfois il est des fins
Qui fâchent –,
Mort comme il a vécu : encorné. Le destin
Est vache.



Ci-gît
Un amant abusé : quoi ? Confiance en elle ?
Jamais !
Lors il a épousé la Mort : elle, est fidèle,
Ah, mais !



Ci-gît
Un peintre à l'œuvre pie, de ceux que la pudeur
Inspire,
Il trépassa, tant pis. Avec lui, la laideur
Expire.



Ci-gît
Un pompier mythomane aimant du feu l'empire.
Celui
Qu'on disait pyromane est parti. On peut dire :
Feu lui.



Ci-gît
Un créancier forçat des dettes, éperdu
Mais, dame,
Il n'avait plus que ça : dès lors il a rendu
Son âme.



Ci-gît
Un poète – ô soupir ! – rimeur de peu d'estime,
Vaurien,
Pourquoi dut-il mourir ? Même sa mort ne rime
À rien.
Cimetière d'Annonay, samedi 17 janvier 2015
Si vous désirez écouter ce poème, vous pouvez utiliser le lecteur ci-dessous. Pour initialiser le lecteur, rechargez simplement la page (touche F5).

Ci-gît

(lu par l'auteur)

Il est possible que le visiteur qui suit le poème à l'écran constate quelques écarts entre le texte lu et celui affiché. Qu'il n'incrimine pas celle ou celui qui déclame ; seul l'auteur est fautif dans ce cas, qui a modifié les passages en question après l'enregistrement.
Signature (a)
Signature (i)