Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR (a) POÉSIES DE MON CŒUR (i)
Ce site a été conçu pour être visualisé sur un écran d'ordinateur haute résolution (1 200 pixels de largeur minimum) et en mode paysage pour l'affichage en largeur fixe.
Aide (a)Conseils (a)Propos (a)

Chanson pour [...]
(Le mot disparu)

J'ai découvert ce poème dans une boîte en fer-blanc, enfouie au fond d'un trou dans le mur d'une cave.

Par un hasard prodigieux (facétieux, va !), un mot, car il s'agit à l'évidence d'un seul et même mot, y a été effacé par l'humidité. Une étude attentive du texte montre qu'il s'agit d'un verbe à l'infinitif, en -er ou -ir, de deux (2) syllabes et avec consonne initiale. Pour ne pas laisser le lecteur bec en l'air, je suggère, à la lecture de certains quatrains, « trinquer », « chanter » ou... quoi d'autre encore ?

Mais au lecteur de juger : qu'il choisisse son propre verbe !
Si je pouvais [...] sans cesse,
J'y passerais mes jours, mes nuits,
[...]... Plus de vaines promesses,
Adieu tristesse ! Si l'ennui

Venait toquer contre ma porte,
Elle serait close. Vraiment,
Qui peut [...], que lui importe
Le temps s'il passe lentement.

Couché, debout, la belle affaire
Lorsqu'il me plaît de [...]. Quand
On peut [...], pourquoi s'en faire ?
Autant [...] par conséquent.

Nos ancêtres (nous dit la Bible)
Savaient [...], c'est évident.
En Éden rien n'est impossible,
N'est-il pas, Ève (idem Adam) ?

Que faisiez-vous pendant la guerre ?
M'a demandé la nation.
[...]. Ça valait mieux que braire
Pour la collaboration.

Je rends hommage à mon vieux père :
Il sait [...] comme un cador !
Aux Jeux il gagnerait (j'espère !)
À coup sûr la médaille d'or.

Ma mère aussi m'a dit naguère
Qu'elle aimait à [...] encor
Avec papa – puis sans mon père
Pour changer un peu de décor.

Ma très chère sœur Geneviève
À [...] souvent se récrée.
Puisse-t-elle [...] sans trêve
Et m'apprendre tous ses secrets.

Mon petit frérot qui s'amuse
À [...] dix fois par jour – cent ! –
Me rend jaloux... Ma bonne muse,
Aide-moi pour [...], bon sang !

Car si j'étais lors en mesure
De [...] selon mon plaisir,
Je ferais foin de la censure :
[...], [...] jusqu'à mourir !

Je serais roi de ce royaume
Où [...] serait obligé...
Tu ne sais pas [...] ? Vois comme
On traite les mauvais sujets !

Dans les lieux les plus insolites
À [...] je me complairais.
Le mortel, que la fièvre habite,
Se plaît à [...] sans arrêt.

Si je revenais au village
Qui m'a vu naître, sans façon
Je serais pour [...] moins sage
Que quand j'étais petit garçon.

Si j'allais à Paris, sans doute
J'irais [...], ô dieux du ciel,
Tout contre la céleste voûte,
Au sommet de la tour Eiffel.

Si j'allais sous les latitudes
Exotiques – en Orient –,
J'exporterais cette habitude :
[...], mais en étant brillant.

Si j'allais même sur la Lune,
Certes j'y aurais grande envie
De [...] avec l'autre ou l'une
Sélénite qui là-haut vit.

Ami qui liras ce poème,
À [...] ne faillis jamais.
Qu'on mange, qu'on boive ou qu'on aime,
Qui sait [...] peut s'estimer

Heureux sur cette Terre. C'est c'
Pour quoi je veux prier toujours :
Si je pouvais [...] sans cesse,
J'y passerais mes nuits, mes jours.
Annonay, dimanche 4 septembre 2016
Signature (a)
Signature (i)