Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR

À propos de l'auteur

Auto-portrait n°1
Auto-portrait n°2
Nom Pseudo Date de naissance Lieu de naissance Signe Signe chinois Adresse Téléphones Situation Taille Poids Cheveux Yeux Convictions Qualité première Défaut principal Alimentation Boissons Fumeur Quelles musiques ? Quels auteurs ? Quels chanteurs ? Quels amuseurs ? Un animal ? Une plante ? Un élément ? Une saison ? Une couleur ? Un son ? Un parfum ? Un plat ? Une boisson ? Un fruit ? Un chiffre ? Un verbe ? Une devise ? Une constellation ? Un pays ? Une ville ? Un objet ? Un instrument ? Un véhicule ? Un personnage ? Un film ? Une série ? Un adverbe ? J'aime... Je n'aime pas... À propos de poésie
Lionel R. (ci-dessus, deux auto-portraits de l'auteur) Le Lion Lundi 31 décembre 1956 Saint-Agrève (Ardèche) Capricorne ascendant Verseau/Poissons Singe de feu (équivalent occidental : Lion) Annonay (Ardèche, France, Terre, Système solaire, la Galaxie) Un fixe ; j'ai un machin dit « portable » mais il est assigné à résidence. Mouvante (la vie est mouvement) 1,80 m les jours fastes Léger, léger... Gris (ou blancs, c'est selon) Bleus Déiste anarchiste La persévérance J'ai beau chercher... Je suis un Lion végétarien De l'eau, un bon côte-du-rhône (rouge) de temps en temps – et du champagne le 31 décembre Non Le classique, le jazz, la chanson française Alphonse Allais, Montaigne, François Rabelais, San Antonio, Gotlib, tous les poètes classiques (ou presque) et moi (ben quoi...) G. Brassens, P. Louki, J. Beaucarne, J. Brel, J. Ferrat F. Blanche & P. Dac, P. Desproges, R. Devos Le lion – et le chat Le chêne (ou le roseau) L'air L'hiver Jaune Une rivière qui coule paisiblement Qu'importe, mais celui d'une femme quand elle passe Le riz Le champagne L'orange 7 Aimer – et être aimé Fais les choses sérieusement sans te prendre au sérieux Le Lion (Leo) L'Inde Lyon Un livre L'harmonica Un train Gargantua Les tontons flingueurs La quatrième dimension (The twilight zone) Simplement La vie, les gens, les trains, le théâtre, les bouquins, la photo, les animaux, la musique, la radio (exclusivement pour la musique), chanter (juste), jouer avec les mots, marcher, rire, rêver, ne rien faire... Les sportifs, les bagnoles, les camions, la corrida, la téloche, les chasseurs, les religions, les drapeaux, les chefs, les fachos, les partis... La poésie classique, fut-elle contemporaine, ne connaît que la virtuosité, pas celle qui tend à l'esbroufe, celle qui fait chanter les vers. De fait, il est inutile qu'il tente de versifier, qui n'a pas l'oreille musicale : faire chanter les vers demande a minima qu'on aime chanter – et qu'on sache chanter juste. La virtuosité naît d'un mélange subtil de technique et d'inspiration. La technique d'un poète doit être irréprochable ; c'est possible et même simple, il suffit d'apprendre les règles et de les appliquer, à l'exception de quelques-unes fort désuètes, qui rendraient ridicule le poème le plus émouvant. L'inspiration est la source, le reste n'est que travail. Ami visiteur qui tiens parfois la plume, sache ceci : qui peut faire mieux que moi le fasse ; j'en serai ravi, lassé que je suis d'avoir lu et de lire encore, dans ma quête de belle poésie, des poèmes ou prétendus tels affligeants de médiocrité. Quel poète pourrait bien redouter un autre faiseur de vers s’il porte la poésie à son plus haut niveau ?