Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR

1er juillet 2021 : Rencontres poétiques au parc de la Tête d'Or à Lyon

Rencontres poétiques à Lyon Quelques (hélas, bien peu !) amateurs de poésie se sont retrouvés jeudi 1er juillet à la roseraie du parc de la Tête d'Or à Lyon, lieu devenu coutumier à cause des événements que vous savez – surtout à cause de la gestion grotesque de ces événements par les crapules qui dirigent ce pays, Rencontres poétiques à Lyon à la solde de l'industrie pharmaceutique et des labos, grands empoisonneurs de la planète (je sais, je suis hors sujet mais ça fait du bien et il est toujours bon de rétablir la vérité).

Bien peu, écrivais-je... Les trois participants sur la photo ci-contre à gauche (Jacqueline, l'auteur de ces lignes et Maria) forment à eux seuls le tiers de l'assemblée... Bah, qu'y faire ? Rien, sinon souhaiter plus de monde à la rentrée et faire les Rencontres malgré tout. Ce fut évidemment le cas. Comme d'habitude, Maria a lu le billet d'humeur d'Aïcha, empêchée, puis chacune et chacun (merci à Tony de sa venue, fut-elle tardive, sans lui, j'aurais été le seul poète du jour) est intervenu à sa façon.
Rencontres poétiques à Lyon
Mon tour venu (« mes tours » serait plus approprié, les interventions étant multiples), j'ai déclamé quelques poésies, comme en témoigne l'image ci-dessus à droite ; des poésies jamais entendues car j'ai coutume de proposer lors des Rencontres des poèmes nouveaux, encore sur mon carnet, parfois à peine terminés – sachant que je reprends volontiers des vers qui le méritent, même après publication.
Rencontres poétiques à Lyon
Puis pour la première fois, j'ai eu le plaisir de jouer de l'harmonica, instrument que je vénère pour ses nombreuses qualités. Je n'avais jamais joué lors des Rencontres poétiques mais depuis quelques mois, j'ai repris mon vieux Chromonica 12 de chez Hohner, de retour de révision (en réalité, j'ai trois Chromonicas, tous les trois partis à la mi-février vers Paris pour être révisés). La pratique quasi quotidienne d'un instrument améliore forcément la qualité du jeu, même pour un modeste amateur de mon petit calibre. D'où certainement cette envie de partager deux ou trois notes, ce qui me convient parfaitement, moi qui tente usuellement de faire de la musique avec les mots...

Les prochaines Rencontres poétiques sont prévues en septembre. Espérons que tout ira pour le mieux d'ici là.

P.S. : merci à Maria et à Josette pour les photos des Rencontres.