Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


Éloge de la paresse



Pour sûr, il est doux de ne rien faire,
Pourquoi se précipiter ?
D'ailleurs, tout effort est délétère
Et je tiens à ma santé.

(L'auteur fait une longue sieste).

Pourtant, mon éditeur m'a dit : « Même
Las, mettez-vous au travail.
D'ailleurs, vous me devez un poème. »
On me prend pour du bétail !

(L'auteur rumine ses pensées en faisant un petit somme).

Oui, mais rien n'est pressé, rien ne presse,
Je somnole avec entrain,
D'ailleurs, pour encenser la paresse,
Il suffit de trois quatrains.

(L'auteur, satisfait, va se coucher).


Davézieux, lundi 22 juillet 2013


Si vous désirez écouter ce poème, vous pouvez utiliser le lecteur ci-dessous. Pour initialiser le lecteur, rechargez simplement la page (touche F5).

Éloge de la paresse
(lu par l'auteur)