Vers le haut de page
Vers le bas de page
(Le bouton ci-dessus permet d'accéder au menu complet de navigation du site)


POÉSIES DE MON CŒUR

Les « Dizains ferroviaires » du vol. 4


Note du 3 juin 2017

Dans chaque volume des Poésies de mon cœur, peut-être l'a-t-on remarqué, les poèmes - sans doute pour donner une vague impression que l'auteur s'est donné la peine de faire un peu de rangement - sont classés par rubriques et le titre du recueil tente de donner une idée de son contenu. Premiers poèmes pour le vol. 1 est explicite assez. Les Poèmalines du vol. 2 parlent d'amours (contrariées) avec Aline. Quant au vol. 3, son titre fait référence à la rubrique La Séquence parisienne avec ses huit poèmes signés à Paris.

Si je n'ai pas, je l'avoue, de plan d'écriture déterminé (arrive ce qui arrive, le recueil en cours se construit petit à petit et au moins a-t-il ainsi un contenu Vol. 4 varié), pour le vol. 4, le titre pourrait bien être : « Dizains ferroviaires ».

Les dizains sont des poèmes (ou des strophes) de dix vers. Après avoir lu avec délectation les fameux Dixains réalistes écrits par Cros, Rimbaud, Nina de Villard, Verlaine et quelques autres (voir ci-contre la récente édition en format de poche de L'Album zutique et des Dixains), l'envie m'a pris d'écrire mes propres dizains...

Si le mètre employé dans un dizain est le décasyllabe, le dizain est dit « carré » (10 vers x 10 syllabes) - tout comme l'est un huitain d'octosyllabes (8 x 8). Les Dixains réalistes ne sont pas carrés (ils sont écrits en alexandrins à l'instar de ceux de François Coppée, qu'ils Vol. 4 parodient sans vergogne).

J'ai, quant à moi, choisi le format carré, les rimes plates (comme mes prestigieux devanciers) et un thème : le chemin de fer. Les Dizains ferroviaires comprendront dix (évidemment) dizains, chacun décrivant une scène du monde du rail. Je me place ainsi, bien modestement mais sans hésitation, sur la voie (c'est le cas de le dire) des poèmes de Coppée et de ses irrévérencieux successeurs (surtout de ceux-là).

Qu'on ne se méprenne pas : faire court n'est pas forcément simple, comme disait Devos... C'est égal, c'est une formule qui me plaît et j'ai d'ailleurs fait plus court que ça (les distiques des Mini-fables et plus récemment les haïku en sont des exemples).
Vol. 4
Du coup, je me suis dit que dix poèmes, ça peut bien faire le titre d'un recueil... Le vol. 4 des Poésies a donc de fortes chances d'être titré « Dizains ferroviaires ». Oh, j'ai déjà écrit plusieurs poèmes sur les trains... En réalité, je suis grand amateur de chemin de fer ; et je regrette d'habiter dans un département qui ne compte aucune gare de voyageurs, regrets aussi de n'avoir ni la place, ni les moyens pour le modélisme ferroviaire.

Alors il me reste les mots du poème. En ce début juin, cinq dizains sont déjà écrits (sous réserve de reprise, ce qui ne serait pas étonnant). Ils sont titrés (titres provisoires ?) : Dizain ferroviaire, La salle d'attente, La légende de la bête, La vieille voiture et Les gares métalliques. Et vous savez quoi ? L'ensemble sera probablement regroupé sous l'appellation Saynètes Nouvelles à Chaque Fois (car c'est bien de celà qu'il s'agit).

À ce jour, aucun dizain n'a été publié. Les deux premiers le seront probablement fin juin.

En attendant, le lecteur intéressé peut toujours trouver la totalité des Poésies de mon cœur sur ce site, du vol. 1 au vol. 3 (plus les haïku par séries de vingt-cinq).

Bonne lecture et à bientôt.

Note du 12 juillet 2017

Comme il ne sert à rien de se précipiter, j'ai commencé à refléchir à la couverture du futur recueil n°4 des Poésies.
Vol. 4
Bien entendu, cette couverture, comme celles des recueils précédents (à l'exception peut-être du vol. 1) se doit de renvoyer au titre du bouquin : le canal de l'Ourcq au bassin de la Villette pour les « Poèmalines » parce que plusieurs poésies avaient pour cadre le canal et une vue de la Seine au Pont neuf pour « La Séquence parisienne ». Pour les « Dizains ferroviaires », c'est le monde du rail qui est à l'honneur.

J'ai consciencieusement farfouillé dans ma réserve de photos mais sans résultat : ce que je veux, c'est une image du chemin de fer moderne ; un seul dizain fait écho au temps jadis, celui intitulé « Le vieux tortillard », les autres sont tous de brefs tableaux du monde ferroviaire contemporain. D'autre part, j'aimerais une image qui donne (un peu) à rêver... Et comme j'ignore ce qui pourrait faire rêver le lecteur dans l'univers des trains, je me fie à mon propre goût.

J'ai fini par dénicher sur la Toile la photo d'une gare de triage. En réalité, j'y avais déjà songé. Le triage, c'est LE chemin de fer : des voies partout, des wagons et/ou des voitures en quantité et un je-ne-sais-quoi qui renvoie au départ, aux voyages... Bref, c'est cette image, ou une similaire, qui m'a semblé propre à illustrer les « Dizains ferroviaires ».

Vous trouverez ci-contre ce premier projet de couverture. Je ne sais pas encore s'il sera définitivement adopté ; la zone vide de rails au premier plan me gêne un peu, en même temps elle offre une bonne lisibilité pour le titre du recueil.

Bah, de toute façon, j'ai encore le temps de faire le bon choix. Le vol. 4 des Poésies ne devrait pas être « publié » avant début 2018.

Note du 3 février 2018

L'arrêt (probablement momentané) de l'écriture poétique aura eu pour conséquence de retarder la parution du vol. 4 des Poésies.

Après la pause entamée en octobre 2017, j'ai repris tout doucement la plume pour me remettre aux haïku. Nul doute que l'envie de rimer à nouveau suivra... Quoi qu'il en soit, le vol. 4 devra patienter. Il est même possible que j'ai assez de haïku – il m'en faut 25 ou 26 séries et la série numéro 23 est en cours – pour réaliser le livre prévu pour eux avant les « Dizains ferroviaires ». En pratique, je n'en ferai rien. D'abord parce que je tiens à suivre l'ordre prévu ; ensuite, parce que l'achèvement des haïku n'est pas tout. Il faudra encore les relire tranquillement, éliminer éventuellement les pièces jugées trop faibles (et, partant, les remplacer) puis, bien sûr, mettre le tout en forme.

À ce jour, je ne peux pas donner de date pour le vol. 4 mais j'espère bien le finir en 2018 ; les haïku suivront (en 2019 ?) et ils garderont le numéro prévu (vol. 5).

Bien entendu, le site reste accessible en permanence et je continue à y proposer les quelques poésies déjà écrites en 2017. En attendant les nouveaux poèmes...

Note du 27 juin 2018


Comme je l'ai écrit ci-dessus, j'ai donc repris la plume – le stylo serait plus approprié, et/ou le clavier – depuis février et, curieusement pour un genre qui ne rime pas, l'écriture des haïku m'a redonné goût (était-il vraiment passé ?) à la versification classique et donc à la rime.

Et finalement, la parution (toujours en auto-édition chez lulu.com) du vol. 4 des Poésies aura lieu courant novembre de cette année (2018). Le quatrième tome des Poésies de mon cœur sera, pour la forme, à l'image de ses trois aînés : environ 140 pages, les poésies évidemment regroupées en rubriques dont les « Dizains ferroviaires » qui donnent leur nom à ce recueil.

(Pour info, les vingt-six séries de haïku (et senryû) sont complètes ; j'ai même procédé aux corrections nécessaires mais il est plus que possible que quelques pièces soient encore modifiées d'ici parution – pas avant 2019 en tout cas.)