Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


Voyage express
(Ourcq)



I. Aller

Je m'en vais à Paris, je n'ai qu'une parole :
Il me faut – si, j'insiste – honorer le discours qu'
Je tins hier : pari de signer, gaudriole,
Mon poème un peu triste aux rivages de l'Ourcq.


Lyon, Part-Dieu, à bord du TGV pour Paris,
mercredi 24 juin 2015, 10h05


II. Ourcq
(le poème un peu triste)

Nous avons frémi d'extase lascive
Lorsque nous marchions à deux sur la rive.
Mon Dieu quels beaux jours, ces émouvants jours qu'
Nous rêvions au bord du canal de l'Ourcq.

Du pont de Crimée jusqu'à la Villette
Puis dans l'autre sens : c'est l'escarpolette,
On va, on revient, c'est l'aller-retour qu'
Nous fîmes au bord du canal de l'Ourcq.

Berges où nos yeux amoureux se plurent,
Du vieux pont de la Petite Ceinture
Jusque vers Pantin, c'était le parcours qu'
Nous suivions au bord du canal de l'Ourcq.

Puis tu as laissé mon âme en détresse.
Amis, qui avez connu ma maîtresse,
Vous saviez bien qu'il faudrait du temps pour qu'
Je repasse au bord du canal de l'Ourcq.

Mais le temps, dit-on, est la médecine
Qui guérit l'amant que le sort chagrine.
Je suis revenu pour rimer l'amour qu'
J'ai connu au bord du canal de l'Ourcq.

Et voici pourquoi j'ai fait ce poème,
Pour que nul n'oublie mes amours bohèmes,
Pour qu'on se souvienne encore et toujours qu'
On s'aima au bord du canal de l'Ourcq.

On s'aima. Mais moi – à quoi bon le taire ? –
Je veux le crier par toute la Terre :
Je t'aime à jamais et c'est le cœur lourd qu'
Je chemine au bord du canal de l'Ourcq.


Paris, canal de l'Ourcq, même date, 14h17


III. Retour

C'est fait. Adieu, Paris... J'ai revu tout à l'heure
Mes amours mortes – las ! – dans le canal de l'Ourcq.
Permettez que j'en rie avant que je n'en pleure
Puis que je brise là... faute de rime en -our qu'.


Paris, gare de Lyon, à bord du TGV pour Lyon,
même date, 15h39