Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


Trois tableaux de rentrée



Tableau I – Rentrées de toujours

C'est la règle en septembre, avis aux galopins
En vacances : toi, membre et toi et tes copains
De la troupe lassée (car à la fin tout lasse),
Maintenant c'est assez : c'est la rentrée des classes.
Qu'il fut long, le mois d'août, qu'il fut pressé, juillet...
Lors il songe sans doute aux livres, aux cahiers,
Le futur écolier. Qu'il soit savant ou cancre,
Qu'il manque se noyer dans sa bouteille d'encre,
Qu'il sache réparer les robinets qui fuient,
Qu'il brûle d'intérêt ou qu'il gèle d'ennui,
Qu'il fasse zéro faute à la dictée modèle,
Qu'il soit sot ou bien sotte – on dit sotte pour elle,
Il lui faut faire un trait sur l'été qui finit :
Demain c'est la rentrée. Hardi, petits génies !

Tableau II – Matin de rentrée

C'est un jour de septembre. Il est tôt ; le gamin
Quitte en hâte sa chambre. On est déjà demain.
C'est un petit lutin qui ne tient pas en place :
Comprenez, ce matin, c'est la rentrée des classes.
Maman dans la cuisine a ouvert les volets
Et beurre une tartine en surveillant le lait.
Le chat sur son coussin, matou replet, somnole,
Sur la table un dessin. « T'as vu ? C'est mon école...
— Je l'ai vu, mon chéri. Déjeune maintenant. »
Vous êtes aguerrie. Vous songez en venant
Verser le lait sucré (c'est le sucre qu'il aime !) :
« Encore une rentrée... » ; c'est déjà la troisième,
Deux sœurs ont précédé le petit garnement,
Voilà qui doit aider au métier de maman !

Tableau III – Souvenirs de rentrée

C'était la mi-septembre et les arbres perdaient
Leurs feuilles couleur d'ambre. Aux nues, le vent tordait
La masse lourde et grise et trouble des nuages,
Passagers de la bise et contraints au voyage.
Sur la route mouillée où de vastes miroirs
Aux bords irréguliers reflétaient dans le soir
La lueur descendue des pâles lampadaires,
J'allais le pas tendu et l'âme solitaire.
Solitude en automne ou joie de la rentrée... ?
    Un plus un, j'additionne, un moins un, je soustrais, (1)
Le livre de géo, le manuel d'histoire,
Les panneaux du tableau à la peinture noire,
Les doigts tachés de bleu ou blanchis à la craie
Et juste quand il pleut, l'heure de la récré !


Davézieux, mercredi 18 juin 2014


(1) Synérèse volontaire sur j'additionne (ja/di/sione)