Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


Trains



J'attends au bord d'un quai – ah, que l'attente est douce
Pour le voyageur nonchalant –
Un train pour quelque part (ou son équivalent),
Plein de cahots et de secousses,

Un train qui chanterait aux accents de la voie,
Doucement, sans inquiétude
Et qu'on voudrait reprendre, agréable habitude...
D'un quai, mon Dieu, tout ce qu'on voit !

Là c'est une campeuse avec sa bicyclette
Sous un énorme sac à dos,
Là c'est un grand barbu, l'air songeur : un badaud
Traînant sa longue silhouette ;

Un tas de gamins et leur accompagnateur
Se tiennent prêts pour les vacances,
Les jolies colonies du temps de mon enfance :
Un bon thème pour un chanteur ;

Un type très pressé, qui s'énerve et blasphème :
« Jamais à l'heure... Les vauriens ! »
C'est un homme occupé ou je n'y connais rien,
Mais que fait-il dans mon poème ?

Un couple de hippies, exubérants un brin
Et la guitare en bandoulière
Rêve d'un autre monde où les garde-barrières
S'embrasseraient à chaque train ;

Peint de rouge et de crème, un autorail s'empêtre
Tranquillement dans le faisceau
Des aiguilles d'entrée. Son surnom : Picasso !
Est-il dans un tableau du maître ?

Coiffé d'un canotier, un charmant petit vieux
– À côté, sa petite vieille –
Attend tranquillement ; il se gratte l'oreille,
Elle, sourit, l'air radieux ;

Un employé portant une fière casquette
Au chiffre de la compagnie
Pousse sans se hâter un chariot garni
De paquets (tout doux : il s'arrête) ;

« Monte dans le wagon, c'est notre train, Julie. »
Dit madame d'une voix sûre.
« Maman, rappelle-toi... On dit : une voiture,
Les wagons, c'est pour les colis ! »

En débord, haut-le-pied, une machine altière
Tout empanachée de vapeur
Passe en sifflant : « Tut ! Tut ! » ; une pitchoune a peur,
Qui se blottit contre sa mère ;

Je vois, sur la façade, œil énorme et tout rond,
De la jolie salle d'attente,
L'horloge qui affiche, aux aiguilles géantes,
À quelle heure nous partirons ;

Aussi sous la verrière, à côté de la porte
Aux deux battants de bois vitré,
Une affiche en couleur qui vante les attraits
De Pau, d'Albi ou d'Aigues-Mortes.

J'attends au bord d'un quai où le temps s'est figé
Voilà bien des années, en France,
Un train pour quelque part (ou son équivalence).

Mais hélas ! les temps ont changé...


Gare de Valence-ville, vendredi 18 décembre 2015