Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR (a) POÉSIES DE MON CŒUR (i)

Tout se joue en un instant

Tout se joue en un instant.

Un instant suffit... Moi, je
L'ai rencontrée là-bas (qui choisit les rencontres ?
La vie est un combat et le destin nous montre
Qu'il est seul maître du jeu)

Au mois d'août, ciel bleu d'été.
Il suffit d'un regard, d'un rire réjoui...
Aurai-je un peu d'égard pour vous, madame ? Oui.
Les cigales crépitaient

Et la lavande bleu tendre
Embaumait l'air tiédi, capiteuse torpeur,
Alors je vous ai dit : « Est-il jamais trompeur,
Celui-là qui vient d'entendre

La voix venue de son cœur ? »
Vous m'avez répondu qu'on ne saurait mentir
Quand le cœur éperdu s'éprend, pauvre martyr.
« L'amour est toujours vainqueur. »

L'amour est toujours vainqueur.
C'est une jolie phrase et je l'entends. Sans doute
La passion m'embrase. Alors quoi ? Je redoute
L'échec, sujet de rancœur.

Et quand survint le moment
Où vous dûtes partir, moi je n'ai pas osé
– Mon cœur, pauvre martyr ! – vous donner un baiser
Sur les lèvres, tendrement.

L'espace d'une seconde,
– Il suffit d'un instant – un éclair, un regard,
Une joue qui se tend mais, las ! il est trop tard.
Pour transfigurer le monde,

Il en faut bien peu pourtant :
Un « Oui », avec malice, un geste inespéré,
Une œillade complice, un « Qui sait ? » murmuré...
Tout se joue en un instant.
Annonay, mercredi 14 octobre 2015