Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


Sonnet à mon cauchemar



Cauchemar, vieil ennemi,
Cesseras-tu donc jamais
De te faufiler parmi
Mes rêves pour m'opprimer ?

Sous mes paupières fermées
Tu sais te glisser emmi
Les songes prompts à germer
Dans mon esprit endormi.

Morbleu ! Si j'ai mérité
Que tu viennes me hanter
Et que j'en sois bien puni,

Frémir pendant le dormir
Vaut mieux que nuit d'insomnie
À se plaindre et à gémir.


Annonay, lundi 11 juin 2018