Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR (a) POÉSIES DE MON CŒUR (i)

S'il suffisait...

Mon amour est si fort qu'il peut lier les âmes
Et j'aimerais tisser aux fils de l'arc-en-ciel
Un lien fait d'amour entre nous deux, madame,
Ce lien, je le sais, serait essentiel.
Poésies de mon cœur
Mais celui qui hors d'attente / De sa requête obtenir,
Sans espoir de parvenir / De sa peine se contente,
On peut dire sûrement / Qu'il aime fidèlement.
Joachim Du Bellay, Chanson, Divers Jeux rustiques
Je t'avais envoyé, choisi dans mes poèmes,
Mon amour est si fort pour que ton cœur fermé
À mon cœur dévoyé par celle – toi – que j'aime
Sache qu'il t'aime encor, qui aime à le rimer.

Mon amour, je le sais, je n'ai rien à attendre
De toi qui sans détour m'as écarté, qui m'as
Abandonné. Assez ! Mon pauvre cœur trop tendre,
N'espère aucun retour de celle qui t'aima.

On dit : « Tout est perdu ! » mais l'espoir seul trépasse.
Éros est passé maître en archerie : autant
D'amoureux éperdus qui garderont la trace
D'un amour venu naître un matin de printemps.

Éblouissant mirage, elle n'a qu'à paraître,
L'image de ta bouche ou de tes yeux rieurs ;
Or ce n'est qu'une image, un reflet, juste un traître,
Une pensée farouche, un souvenir railleur.

Puis ces traits redoublés, rejeton d'Aphrodite,
Pourquoi, archer vaurien ? J'aime déjà. Même à
Mon âme ainsi troublée, je dis : « Flamme maudite !
Je n'espère plus rien de celle qui m'aima. »

Mais, amant délaissé, s'il suffisait que rompe
Ma maîtresse déçue, ce trait qui nous liait,
Pour que mon cœur blasé décrète : « Je me trompe,
Je rends le trop perçu et tout est oublié »,

Comme il serait aisé, sur un air de bohème,
De chanter sans remords mon amour périmé.
Las ! Rien ne m'apaise et que celle – toi – que j'aime,
Sache qu'il t'aime encor, qui aime à le rimer.
Annonay, mardi 21 juillet 2015