Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


Réveil



Voici venir l'aurore où les nuées que chasse
Le vent venu du nord se bousculent et passent
Derrière la fenêtre aux volets entrouverts.
Le jour qui vient de naître est un jour froid d'hiver.

Blotti sous les draps clairs dans l'aube qui s'allonge,
Je chevauche l'éclair de mon ultime songe :
Un pâle rai de Lune allume, suspendu,
Le sommet de la dune où tu es étendue...

Je me tourne vers toi – premier plaisir à deux,
Premier instant de joie, premier moment heureux –
Pour un baiser posé d'une façon très douce
Sur les lèvres rosées de ta jolie frimousse.

Alors on se réveille aux lueurs du matin,
On me dit à l'oreille un petit mot câlin
Pendant que moi j'effleure, amoureux languissant,
Ta peau tiède aux senteurs de jasmin et d'encens.

Et comme le soleil de ce mois de décembre
D'un clair rayon vermeil illumine la chambre,
Nos deux corps sans détour s'allient et se confondent.
Je t'aime, mon amour, jusqu'à la fin du monde.

Blotti sous les draps bleus dans l'aube ensommeillée,
J'ouvre soudain les yeux sur mon rêve éveillé.
Compagne de mes nuits, n'était-ce qu'un passage ?
Pourquoi t'es-tu enfuie comme ont fui les nuages ?

Que personne ne juge ici le solitaire.
Le rêve est un refuge, un refuge éphémère
Mais si la vie rassemble un jour les cœurs transis,
Nous écrirons ensemble une autre poésie.


Davézieux, samedi 5 janvier 2013