Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


Pré mortem



Alors ? Comment est-ce là-haut ?
Le Barbu est-il sympathique ?
Le chemin : pas trop de cahots ?
Comment ça se passe en pratique ?
Se sent-on vivant ? Plutôt mort ?
Est-on pur esprit sans contrainte ?
A-t-on des regrets ? Des remords ?
Oublie-t-on le temps des étreintes ?
Qu'est-ce, la vie après la vie ?
Nous faudra-t-il rendre des comptes ?
Fait-on pitié ? Fait-on envie ?
Est-il vrai, tout ce qu'on raconte ?
Dieu est-il ce noble vieillard ?
Rencontre-t-on cent mille vierges ?
Et des anges par milliards ?
Hume-t-on le parfum des cierges ?
Fait-elle peur, l'éternité ?
Ignore-t-on le temps qui passe ?
Apprend-on la sérénité ?
Se rase-t-on devant sa glace ?
Doit-on se laver chaque jour ?
Prendre un bain à chaque semaine ?
Paye-t-on des frais de séjour ?
Goûte-t-on la joie ou la peine ?

En bref, en deux mots comme en cent,
Chaque question est mystère...
Mais toi qui sais ce qu'on ressent
Une fois qu'on a fui la Terre,
Qui as dorénavant ton toit
Au pays où sont les fantômes,
Réserve-moi près de chez toi
Un petit coin douillet, un home,
Une maison, une villa,
Location pour les vacances
Mais avec vue sur l'au-delà :
Je t'en remercie par avance.
Prépare tout, mon vieux copain.
J'ai un grand lit en bois d'érable,
Un jour il sera de sapin
Et j'irai m'asseoir à ta table.
Je vais habiter dans les cieux,
Abandonner ce monde austère,
Je serai le silencieux,
Pour bien apprendre, il faut se taire.
Parle de moi au grand Patron...
Bien fol qui se croit éternel !
Embrasse pour moi saint Léon
Qu'on nomme aussi saint Lionel.

Bien fol qui croit en ce vieux corps !
Nous ne sommes qu'eau et vapeur.
Je vais mourir pour vivre encor :
L'éternité fait-elle peur ?
J'ai connu le printemps si vert,
L'été de la vie puis l'automne,
Verrai-je la fin de l'hiver ?
Je ne prends que ce qu'on me donne.
Mais quand tels courent au trépas
Et se pressent vers la camarde,
Moi, je marche à tout petits pas,
Les pas du flâneur qui musarde.
J'ignore tout de l'avenir
Car qui connaît son heure blême ?
Mais je préfère prévenir,
C'est pourquoi j'ai fait ce poème.
Quitte à avoir quelque voisin
Près de ma future demeure,
Autant que ce soit un copain.
Il faut bien ça pour que je meure.
Heureux qui habite les nues
Comme toi, mon brave compère.
Moi, pour l'instant je continue
À habiter sur notre Terre.


Annonay, mardi 16 septembre 2014