Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


Petit tableau du vieil homme qui lisait
(Très grandes vertus des livres)



Un vieil homme lisait sur un banc de bois rance
Quelque vétuste ouvrage aux pages racornies,
Pauvre bonhomme usé par les années d'errance,
Pauvre livre sans âge aux feuillets tout jaunis.

Ce vieil homme lisait, j'ai oublié le titre,
Qu'importe au demeurant, son livre l'œil fervent.
Des vagabonds blasés qui préfèrent le litre
Qu'on boit en s'enivrant, j'en ai vu si souvent !

Mais cet homme avait eu cette chance peut-être
Qu'un maître qu'il aimait sût lui faire goûter
Les très grandes vertus des livres – brave maître !
Il lira... Désormais, que peut-il redouter ?

Tandis qu'ils se croisaient remplis d'indifférence,
Les humains de passage, indifférent aussi,
Le vieil homme lisait sur un banc de bois rance
Quelque vétuste ouvrage aux pages étrécies.


Annonay, mercredi 28 février 2018