Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


Pertes & profits



« Mon amour chéri, je veux t'aimer comme
Juliette aime Roméo. » Ma foi,
On croit aux mots doux. Les mots doux en somme
Sont pour un amant les seuls mots qu'il croit.
Mais que vaut « Je t'aime, amour, je t'adore »
Si l'amant hélas n'a le droit d'aimer
Qu'à coups de serments, encore et encore ?
Ton cœur semble ouvert ; ton lit est fermé.

Qui n'a jamais commis d'impairs ?
Tu ne seras pas ma compagne :
Tu ne sais pas ce que tu perds
Mais moi je sais ce que je gagne.

Dieu est généreux, c'est un philanthrope
Qui ratisse large : il t'aurait dit : « Viens... »
« Chéri, j'ai la foi. » Oui, en l'horoscope...
Ô crédulité ! Descartes reviens !
Puis ton âme aussi cherche la lumière
Qui brûle aux feux de l'astanga-yoga.
Mais à trop chercher l'ego exubère :
On n'aime que soi (entre autres dégâts).

J'aurais chassé l'esprit pervers
Faisant tes châteaux en Espagne :
Tu ne sais pas ce que tu perds
Mais moi je sais ce que je gagne.

Quelque autre matou attiré sans doute
Par tes beaux yeux noirs, par ton rire clair,
Un samedi d'août croisera ta route.
Tu lui souriras : « J'aime tes yeux verts ! »
(Les miens étaient bleus, tu te le rappelles ?)
Futur amoureux, demain tu sauras
Le prix du cœur de la belle rebelle.
De toute façon, la belle en rira.

Ami, bienvenue en enfer,
Je te cède ma place au bagne :
Tu ne sais pas ce que tu perds
Mais moi je sais ce que je gagne.


Annonay, lundi 23 mars 2015