Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR (a) POÉSIES DE MON CŒUR (i)

Octobre au parc

Le jet d'eau bruissait dans le bassin de pierre
Comme averse au milieu de la vasque à revers ;
Un chat roux qui passait s'arrêta pour mieux faire
L'inspection des lieux de son œil noir et vert.

Des feuilles arrachées à leur branche natale
Par le vent fouettard flottaient sur le bassin ;
Le chat qui se léchait, distraction fatale,
Aperçut un peu tard le moineau crapoussin.

Feuilles tombées céans, ah, votre mosaïque
De taches de couleur est un ravissement ;
Le chat sur son séant, d'un geste prosaïque
– « Minet, dit l'Oiseleur » – bondit imprudemment.

Le frêle clapotis du jet d'eau sur la vasque
Berçait la feuille morte, abri du carassin ;
Le chat, pauvre petit, la stupeur sur le masque,
Que son élan emporte a chu dans le bassin.

De jolis poissons d'or glissaient sous la parure
Des feuilles étendues ça et là sur le flot ;
Le chat, hier cador des chasseurs à fourrure,
Se hissa morfondu (et mouillé) hors de l'eau.

Dans l'allée ratissée, le vent frisquet d'octobre
Soulevait promptement les feuilles, chamailleur ;
Le chat, la queue baissée, devenu d'oiseaux sobre,
Partit piteusement faire bombance ailleurs.

Le jet d'eau bruissait dans le bassin de pierre
Comme averse au milieu de la vasque à revers ;
Quant au piaf pourchassé par le chat de gouttière...
Il était à cent lieues déjà du bac pervers !
Annonay, parc Mignot, samedi 20 octobre 2018