Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR (a) POÉSIES DE MON CŒUR (i)

Mort d'un papillon

Un papillon charmant, sous la porte cochère
Voletait – égaré au cœur de la cité –
Sans pourquoi ni comment : les papillons, ma chère,
Même désemparés ne font que voleter.

Le papillon des champs sait faire bonne chère,
Qui butine sans fin ; l'autre, fort dépité
(Nul nectar alléchant sous la porte, peuchère !)
Dut rester sur sa faim avant de tout quitter.

Car bientôt l'animal, d'une aile maladroite
Fit un écart fatal ; une auto par la droite
Passa, mortel péril... Mais qu'est-ce qu'on y peut ?

Ils sont de moins en moins, les papillons qui restent ;
Lors j'ai songé, témoin de la scène funeste,
Qu'à péricliter ils nous précèdent de peu.
Annonay, jeudi 30 novembre 2017