Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


Ma Roumanie



Ma Roumanie à moi était faite d'espoir,
Il est parfois un lieu où l'âme se sent bien,
Où l'esprit en émoi quand s'approche le soir
Murmure : « Clos les yeux, écoute, ne dis rien... »
J'ai chassé les soucis et la peur est absente
Et celle-là qui m'aime, attentive toujours,
Celle que j'aime aussi se fait douce et pressante
Et j'écris un poème aux vers parlant d'amour.

Ma Roumanie à moi était tendre et chérie,
J'ai oublié mes pleurs et j'ai chassé mes peines,
À l'automne parfois le sous-bois refleurit,
J'ai cueilli une fleur ; la fleur était roumaine.
Quand l'amour est partage il s'appelle bonheur,
Moi qui fus seul souvent je regarde demain,
Demain me dévisage ; oh, mais je n'ai pas peur
Car je vais de l'avant en te serrant la main.

Ma Roumanie à moi était faite d'images
Venues des temps lointains ; or j'aimais une belle.
C'était pendant le mois où l'oiseau de passage
Volant vers son destin s'enfuit à tire d'aile.
Et nous le regardions passer dans le ciel clair
Sur la plaine qui danse au souffle du zéphyr,
Rions, ma mie, rions, la vie est un mystère
Et pour chaque existence il faut vivre et mourir.

Ma Roumanie à moi était faite de larmes,
Aime-moi sans retard, beaucoup... à la folie ?
Un peu moins chaque fois... Lorsque le cœur s'alarme,
Il est déjà trop tard. Tu étais si jolie !
Quand l'amour est volage, il s'appelle regrets,
Moi qui suis seul alors je regarde en arrière,
Je revois ton visage et je repense, au gré
De quelques vieux remords, à nous. C'était hier.


Davézieux, jeudi 19 décembre 2013