Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


Les peupliers dorés



Les peupliers dorés brillent de mille feuilles,
Qui tremblent sous le vent, funeste branle-bas
Puis vont – dies iræ pour le vent qui les cueille ! –
En cercles d'or mouvants des branches jusqu'en bas.

Les peupliers dorés sèment à chaque automne
Mille morceaux jaunis, vestiges de l'été.
Pour la feuille égarée la couleur est le jaune,
D'octobre qui finit (feuillicide éhonté !)

Les peupliers dorés lorsque l'orage agite
La ramée qui s'envole au vent mauvais, pourquoi
Sont-ils si beaux malgré le vent qui précipite
Leurs feuilles sur le sol contre leur pied de bois ?

Les peupliers dorés, s'ils vivent impavides,
C'est qu'ils savent que tant que le monde sera,
D'autres feuilles serrées, sur leur ramure vide
Pousseront au printemps. Ensuite, etc.


Annonay (et vallée de la Cance), jeudi 29 octobre 2015