Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


Le bonheur de marcher



J'ai croisé un matin trottant d'un pas pressé
Quatre jeunes lapins les oreilles dressées.
À gauche un pré en fleurs, à droite un gros rocher
Et des lapins farceurs : le bonheur de marcher.

J'ai vu le long du Rhône un héron goguenard
Au-dessus de la lône où nagent les canards.
Un gamin sur le bord qui fait des ricochets,
Un canot rouge et or : le bonheur de marcher.

J'ai arpenté la place où se pressait la foule
Des buveurs en terrasse et des joueurs de boules.
Des toiles de couleur, le fourgon du boucher
Et un bonimenteur : le bonheur de marcher.

J'ai mangé à midi quand le soleil culmine.
Une futaie verdie me tient lieu de cuisine.
Du fromage et du pain et quelques fruits séchés,
Un verre de bon vin : le bonheur de marcher.

J'ai rencontré un jour un voyageur errant.
Ami, vois, ton parcours traverse ce torrent.
Le chemin pas à pas, le GR à chercher,
La carte et le compas : le bonheur de marcher.

J'ai gravi la colline envahie de boucages.
Sur la crête on devine un tout petit village.
Un banc sous un ormeau à l'ombre d'un clocher,
Les restes d'un château : le bonheur de marcher.

J'ai caressé un soir en rentrant de balade
Un joli matou noir partant en escapade.
Un coin de rue désert, le soleil au coucher
Et un chat aux yeux verts : le bonheur de marcher.

J'ai marché chaque jour, j'en avais fait serment...
Je marcherai toujours quand viendra le moment
Et pour mon épitaphe ici je veux qu'on mette :
« Marcheur et photographe, au demeurant poète. »


Davézieux, vendredi 28 décembre 2012