Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR (a) POÉSIES DE MON CŒUR (i)

La légende de la bête

La bête poilue, hélas, s'il faut qu'en
Passant on la fâche, alors... Du coup, quand
Le train s'élança dans la grande plaine
Où elle rôdait – pauvre train, à pleine
Vitesse il allait ! – surgi de l'enfer,
Le monstre souffla le convoi de fer :
La locomotive, aussi les voitures
Quittèrent les rails, bientôt sépultures...
« Non, maman, mon train ! dit Max désolé,
Fais attention avec ton balai ! »
Annonay, lundi 28 août 2017