Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


L'aéroport



Il faisait nuit. En bas, des lueurs incertaines
Trouaient de leur éclat la campagne roumaine.
Le hublot reflétait une hôtesse en tenue,
La dame à mes côtés riait sans retenue.
Au loin, l'aéroport. Je regardai ma montre.
Mon cœur battait très fort, j'allais à ta rencontre.

Armée d'ordinateurs, vaste réseau d'étoiles.
En quête du bonheur, je traînais sur la Toile,
Errant sur quelque site où l'amour est promis
De visite en visite. Espère, mon ami,
Puis l'espoir désormais tient ton âme ravie :
Aimer et être aimé, c'est pour ça que l'on vit.

Mon cœur battait très fort, j'allais enfin te voir
Dans cet aéroport. Vous ne pouvez savoir,
Compagnons de voyage où peut mener l'amour.
Ma pensée, reste sage et mes yeux, tout autour,
Cherchez sous la lumière aux pâles reflets verts.
L'existence est mystère et le destin pervers

Car si la vie parfois donne aux meilleurs moments
Ce bonheur qui rayonne au cœur des vrais amants
Quand s'émeuvent les cœurs à ce mot : confiance,
Quand l'amour est vainqueur le temps d'une espérance,
Hélas, l'espoir pâtit quand l'amour est ténu
Et je suis reparti comme j'étais venu.

Le même aéroport pour un nouveau départ,
À quoi bon les remords ? Maintenant c'est trop tard.
Il me reste ces vers et le lointain attrait
De cette nuit d'hiver où je t'ai rencontrée.
C'était hier... En bas, des lueurs incertaines
Trouaient de leur éclat la campagne roumaine.


Annonay, jeudi 8 novembre 2012