Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


Héritage



Bonjour bien, Trente Glorieuses...
Époque lamentable où la société
Pensait : « J'ai tout, j'ai tout, j'ai tout pour être heureuse,
Et j'ai tout à satiété ! »

En ces années-là, sans nul doute,
On y croyait très fort. Ô, contes fabuleux !
Superbes HLM, splendides autoroutes,
Centrales à la queue leu leu.

« En France on n'a pas de pétrole »,
Pas trop d'idées non plus mais il faut con-som-mer.
Quoi, la pollution ? À fond sur la bagnole,
En voilà un truc qui promet !

Nostalgie... Trente Glorieuses,
Faut-il qu'il soit niais, celui-là qui frémit
Au triste souvenir des années odieuses
Où l'on se croyait tout permis.

En ces années-là, sans nul doute,
On les a préparés, les lendemains féconds :
Sinistres HLM, funestes autoroutes,
Partout centrales à la c... !

Où sont-ils donc, ceux-là, ma France,
Qui choisirent la voie du progrès infini,
Qui n'avaient que ce mot à la bouche : « Croissance ! »,
Ces politiques, ces génies ?

Tu parles ! Trente Glorieuses,
Comme ils s'en moquent bien, les gens qui sévissaient
Lorsque vous triomphiez : ils ont connu la Gueuse
Mais qui paye les pots cassés ?

En ces années-là, sans nul doute,
L'aurait fallu savoir s'arrêter... bla-bla-bla !
Notre homo gaspillus se fichait bien de toutes
Ces horreurs, que rien ne troubla.

Passe le temps... Après quarante
Ans, la pauvre chimère a vécu et pourtant
Ça n'aura pas suffi, toujours elle vous hante,
Économistes – charlatans !

Rien compris... Trente Glorieuses,
Vous n'aurez pas servi même comme leçon
Et ce n'est pas demain, finance ambitieuse,
Que tu succomberas. Passons...


Annonay, samedi 29 octobre 2016