Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR (a) POÉSIES DE MON CŒUR (i)

Héritage

Bonjour bien, Trente Glorieuses...
Époque lamentable où la société
Pensait : « J'ai tout, j'ai tout, j'ai tout pour être heureuse,
Et j'ai tout à satiété ! »

En ces années-là, sans nul doute,
On y croyait très fort. Ô, contes fabuleux !
Superbes HLM, splendides autoroutes,
Centrales à la queue leu leu.

« En France on n'a pas de pétrole »,
Pas trop d'idées non plus mais il faut con-som-mer.
Quoi, la pollution ? Plein pot sur la bagnole,
Le voilà, le truc qui promet !

Nostalgie... Trente Glorieuses,
Faut-il qu'il soit niais, celui-là qui frémit
Au triste souvenir des années odieuses
Où l'on se croyait tout permis.

En ces années-là, sans nul doute,
On les a préparés, les lendemains féconds :
Sinistres HLM, funestes autoroutes,
Partout centrales à la c... !

Où sont-ils donc, ceux-là, ma France,
Qui choisirent la voie du progrès infini,
Qui n'avaient que ce mot à la bouche : « Croissance ! »,
Ces politiques, ces génies ?

Tu parles ! Trente Glorieuses,
Ils s'en moquent, les gens qui jadis sévissaient
Lorsque vous triomphiez : ils ont connu la Gueuse
Mais qui paye les pots cassés ?

En ces années-là, sans nul doute,
L'aurait fallu savoir s'arrêter... bla-bla-bla !
Notre homo gaspillus se fichait bien de toutes
Ces horreurs, que rien ne troubla.

Puis le temps passe... Après quarante
Ans, la pauvre chimère a fait long feu, pourtant
Ça n'aura pas suffi, toujours elle vous hante,
Économistes – charlatans !

Rien compris... Trente Glorieuses,
Vous n'aurez pas servi même comme leçon
Et ce n'est pas demain, finance ambitieuse,
Que tu succomberas. Passons...
Annonay, samedi 29 octobre 2016