Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR (a) POÉSIES DE MON CŒUR (i)

Haïku du virus

60 haïku écrits entre le 1er et le 30 avril 2020
(plus quelques autres en supplément)
1

Lundi 30 mars,
Annonay, gare routière,
Midi – moins les cars.

2

Mars s'en est allé
Mais le virus pas encore :
Hop ! Poison d'avril !

3

La paranoïa,
C'est bien plus contagieux
Que tous les virus.

4

Mieux que l'après-crise,
C'est lâcher prise qu'il faut
Pour passer le cap !

5

Et les confinés,
Si ce sont des cons finis,
Comment ça se passe ?

6

Cent allers-retours
Sur mon balcon, ça fait bien
Ses deux kilomètres.

7

Il n'empêche pas,
Le masque et c'est bien dommage,
Certains de parler.

8

Sur un banc, deux chats
Somnolent leur vie de chats
Dans le parc désert.

9

Adieu, mie de pain !
Pauvres pigeons affamés
Sur le trottoir nu...

10

À bonne distance,
Ils marchent, bras écartés...
La main dans la main.

11

Elle est à nouveau,
Sa lagune retrouvée,
La Sérénissime.

12

Dimanche, 15 heures,
Seul, absolument tout seul
Sur les Cordeliers...

13

Tous télétravaillent.
Coupé les chaînes d'infos :
Moi, je téléchôme.

14

« Pas peur des contrôles ! »
La pas-trouille des gendarmes,
Si j'ose ainsi dire.

15

Cent trent'-cinq euros :
Pris avec mes six cannettes.
Ça fait cher la Leffe !

16

Demande passants
Pour leur aboyer dessus.

Signé : chien en manque.

17

Bouh ! Nuit d'insomnie,
Matin gris comme mon cœur,
Gros coup de cafard.

18

Les restaurateurs :
« Qui paiera l'addition
Du confinement ? »

19

Même tes jets d'eau,
Ô, place des Cordeliers,
N'osent plus sortir.

20

Tout seul dans la rue,
Passant devant un' vitrine,
Me suis salué.

21

Peuples confinés,
Obéissants et crédules,
Parés pour la suite ?

22

Mi-déraciné
Par les neiges de l'automne,
Cerisier en fleurs.

23

Toute cette histoire,
Moi, je m'en lave les mains
(Trente fois par jour).

24

Le libéralisme,
Bras armé de la finance :
Hop là ! Pan, démis !

25

« Ils sont... Comment dire... ?
Les agents qui verbalisent...
— Ils sont virulents. »

26

Minuit... Rien ne bouge
Dans la cité... Remarquez,
À midi pas mieux.

27

Les aéronefs,
En plus d'ailes, ont des plumes
Depuis quelque temps.

28

Virus à couronne,
Tes lettres mêlées font : « Ô,
Un vrai con rusé ! »

29

Le printemps à Rome,
Ce n'est plus : primavera,
C'est : primavirus.

30

« Les Français, soumis ?
J'aurais jamais cru ça d'eux ! »
Signé : V. Poutine (*)

(*) Variantes : Signé : Donald Trump, Signé : V. Orbán, Signé : Ubu roi, J. Bolsonaro, B. Netanyahou. Le nom de n'importe quel grand démocrate fera l'affaire, le lecteur n'a qu'à choisir (liste non exhaustive).
31

Ça, c'est le bouquet :
En république, hériter
D'un truc couronné !

32

Une ombre qui glisse,
L'usine silencieuse :
Greffier en vadrouille.

33

« Quel effet ça fait ? »
S'est enquis mon canari
Du fond de sa cage.

34

Dans la rue fantôme,
Cannette de bière vide
Roulée par le vent.

35

Moi j' fais ma toilette
À un mètre du miroir.
Jamais trop prudent.

36

Ceux qui ne sont plus
Aux terrasses des cafés,
Où noient-ils leur peine ?

37

« Un... confinement ?
Ça va pas ? C'est pas crédible ! »
Fit le scénariste.

38

« Gamins turbulents,
Où donc êtes-vous ? » rêvasse
Le chauffeur du bus.

39

« Le CoVid-19
Fait du vide, fait du neuf... »
Ah, c'est malin, tiens !

40

Et l'unijambiste,
Il n'a droit qu'à 500 mètres
Autour de chez lui ?

41

À quand, sur les masques :
« Je sais : je suis parano... haïku du virus »
Écrit noir sur blanc ?

42

Hérissons, c'est mieux
Quand vous traversez la route ?
Gaffe aux cons bientôt !

43

« La ViaRhôna
Est tranquille en ce moment. »
(Un cygne à un autre).

44

« Virus malfaisant,
Moins de futurs opposants. »
(Proverbe chinois).

Variante occidentale
« Virus destructeur,
Moins de futurs détracteurs. »
(Proverbe d'« En marche ! »).
45

Cette nuit, le chant
M'a ravi, d'une chouette.
Libres, les oiseaux...

46

« Snif... L'a pas voulu
M' signer l'attestation... »
Geint le schizophrène.

47

Pauvre, avec un masque,
Celui qui pue de la gueule
Va s'asphyxier !

48

Un gros matou roux
Regarde de son balcon
Ne passer personne.

49

Que faire demain,
Libres de nos mouvements ?
Changer. Tout. Le monde.

50

« Qui dit : "Non !" au masque,
On lui dit : "La ferme !" Marre !
— Oui, c'est lassant, sûr... »

51

Trouvé rue de Deûme
L'attestation perdue
Par Paul Tartempion.

52

Enfin un vaccin !
Du cheptel hier inquiet,
Bêlements ravis.

53

En 2030 :
« Poignée de main, dites-vous ?
Connais pas. C'est quoi ? »

54

Wagon-restaurant
Du Pékin-Moscou. Hasard ?
« Porc aux navets russes ».

55

Je sais même plus
Comment allumer le poste (*)
– Et c'est bien ainsi !

(*) Poste de radio ou poste de télévision : choisis, lecteur. Pour moi, ce sera les deux.
56

Pour les sourds-muets,
Ceux qui lisent sur les lèvres :
Génial, le masque !

57

Les flics – moi, sans masque :
« Qui êtes-vous ? Vos papiers ! »
C'est l' monde à l'envers !

58

Usines en rade
Et la planète va mieux.
Donc : pourquoi reprendre ?

59

Déconfinement :
« On s'ra obligé d' sortir ? »
S'enquiert l'inquiet.

60

Printemps éternel,
Tout allégresse – et l'éclat
D'un papillon blanc.

Quelques autres en supplément
61

« Ah, si le virus
Se transmettait en pétant ! »
(Les couches Pampers®)

Variante
« Ah, si le virus
Se transmettait par le son ! »
(Les boules Quies®)
62

« Enlevez ce masque !
Vous êtes chez le dentiste ! »
La peur, ça rend con.

63

Écouteurs plus masque,
C'est bonnard : pourquoi parler
Quand on n'entend rien ?

64

D'accord avec eux :
« Rien n' sera plus comme avant. »
À nous de jouer !

65

« A... A... Atchoum ! Beurk... »
Ça, faut enlever le masque
Pour éternuer...

66

Quoi ? Même en voiture ?
Certains font le minimum,
Toi, t'en fais un masque !

67

C'est vous qui naguère
Moquiez la soumission
Des femmes voilées ?

68

Tous ces gens masqués :
Cette fois-ci, on y est,
Au risque Zorro.

69

Quel film tournez-vous ?
C'est « Le sale air de la peur »,
À voir vos bobines.

70

Mamie radieuse,
Vous vivrez encor longtemps,
Qui m'avez souri...

71

Mai 68 :
Face au bâillonnavirus,
Geste-barricade !

72

Un rosé piscine
Pour nager dans le bonheur
De boire en terrasse.

73

C'est fou : pandémie,
Tu n'as jamais existé !
Fou ? C'est pis : dément.

74

Embrassé Carole
Et les masques : bouche bée
– Si j'ose ainsi dire.

75

« J'avais jamais vu
Autant de gens dans la rue ! »
(Un chat né fin mars).

76

« Masque obligatoire
Pour les bouches d'incendie. »
Putain, trop, c'est trop !

77

Les moutons, masqués,
Même séparés d'un mètre,
Restent des moutons.

78

« C'est obligatoire,
Bêlent en chœur les moutons,
On n'a pas le choix... »

79

« Les gens qui sourient
Sont éminemment suspects. »
Le Trouillard Masqué.

Note de l'auteur : les Haïku du virus, parus sur le site des Cahiers du 1er au 30 avril 2020, ne seront pas publiés dans l'immédiat ; toutefois, j'avais envisagé d'écrire un nouveau volume de haïku : si c'est le cas, les Haïku du virus y seront naturellement intégrés.

Les haïku présentés « en supplément » ont été écrits après le mois d'avril.