Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


Haïku & senryû (série VIII)



176

Étranger, vois-tu,
Si je vais dans ton pays,
C'est moi l'étranger.

177

La feuille en tombant
Expire et son dernier souffle,
C'est le vent d'automne.

178

Gouttière à mon chat :
Patte cassée ! Mon chat ? Juste
Un chat de gouttière.

179

Fait-il, le hibou,
La tournée des grands-ducs ? Bah,
Lui, rien ne l'effraie.

180

Un chat, même laid,
Aime la chair du chabot
– Puis c'est pas péché.

181

Cloches du muguet
Que le vent de mai agite,
Muettes pourtant.

182

Petit déjeuner
Sur mon balcon : café-crème
Et croissant de Lune.

183

« Garnements, les miettes
De vos goûters dans la cour :
Merci ! » (les moineaux).

184

Pèire Godolin,
Tu, noirigat de Tolosa...
Salut, vieux poète !

185

J'ai vu l'autre nuit
– OVNI soit qui mal y pense –
Un disque brillant...

186

L'accordéoniste
Jouait un air entraînant
(Sur toutes les notes).

187

Bolide ! Soudain
La campagne dans la nuit
Tout illuminée !

188

Et sur ma photo
La trapéziste en plein vol
Figée à jamais.

189

Dimanche midi,
P'tit bonheur – chic, c'est dimanche ! –,
Un chou chantilly.

190

Pleins et déliés
Des lettres à l'encre bleue,
Vieux cahier d'antan.

191

Décembre, soir noir,
Longue, longue nuit grisâtre,
Petit matin blanc.

192

C'est le roi dès qu'on
Discute : il croit tout savoir,
Ce gros vaniteux !

193

Mon parapluie goûte
Après l'orage estival
La joie de sécher.

194

Gloire à nos chasseurs
Qui tuent chevreuils sanguinaires
Et lapins féroces !

195

« On écrit "maïs" ! »,
Dit le maître qui sait mettre
Les points sur les i.

196

Rex, moi et Louise :
Je suis rentré l'autre soir
Entre chien et Lou.

197

Ténor : le ruisseau,
Tonalité : d’eau majeur,
Maestro : l’orage.

198

Minet, quand tu rêves,
J'ai comme l'impression
Qu'alors tu souris.

199

Vénus callipyge,
Parfum : « Senteur de lilas »
De « Jack Zéparrdin ».

200

Porte-moi bonheur
Les douze mois de l'année.
(Trèfle-à-quatre : douze.)