Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


Haïku & senryû (série V)



101

Point de porte en haut :
Pauvre petit escalier
Ne va nulle part...

102

Là-haut, de la Lune
L'œil jaune et rond est fardé
D'un nuage bleu.

103

Matin de janvier :
Un strident cocorico
Brillant comme givre.

104

Parc de la Villette,
Qu'il fait bon buller dans l'herbe
Près de la Géode.

105

Mon miroir en miettes,
Je vais enfin regarder
Le monde à l'endroit.

106

Un tronc dans l'allée :
Seuls les piétons... C'est tant mieux,
Saletés de quads !

107

Pourquoi les castors,
Les canards comme voisins,
Ont-ils la queue plate ?

108

Le vent furieux
Me pousse dans le dos mais
Faudra bien rentrer...

109

Le sol blanc de givre,
Le ciel bleu comme un drapeau
Et la Place Rouge.

110

Les naseaux fumants,
Superbe, fougueux, hardi :
Un cheval-vapeur !

111

    Y' a plus de bon sens (1)
Par gros temps : mer verticale,
Pluie horizontale !

112

Avril au jardin,
Douceur de l'air et douceurs
– Chic ! – au chocolat.

113

Il va se coucher
Dans le lit de la rivière,
Le Soleil du soir.

114

Son texto d'hier :
« À bientôt. Tendres baisers. »
Tant d'espoir... Enfin !

115

« Il va, mon journal,
Comme éventail ? — Sûr ! L'est plein
De nouvelles fraîches ! »

116

Ballade entendue
Dans les couloirs du métro,
Station Bel-Air.

117

Assis dans la rue,
Tête baissée, chapeau bas,
Pas un ne s'arrête.

118

Cueillette de fleurs,
Soudain faisan qui s'enfuit.
Eh ! Bouquet sur pattes !

119

Un chêne imposant,
Un gland dans l'allée du parc.
(Moi, je suis le chêne.)

120

Oh... ! Que de pudeur,
Soleil, qui te cach's derrière
Un rideau de pluie...

121

Au feu tricolore,
Il est passé à l'orange
– Orange sanguine !

122

Rancard en décembre,
Moins cinq... Va-t-elle venir ?
À moins dix, je pars !

123

Juillet à la belle,
Mille étoiles dans la nuit
Et un ver luisant.

124

Mézenc et Gerbier,
Picodon, et fourme aussi,
Plateau ardéchois.

125

Le bistrot du coin
Sur la place du village
– Bien ronde pourtant !


(1) Synérèse volontaire sur y' a (ia)