Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


Haïku & senryû (série XIV)



326

Deux yeux effilés
Observent depuis les toits
L'œil rond de la Lune.

327

Un haïku écrit / Seulement sur une ligne : / Un vers solitaire ?

328

Deux ânes au pré,
Une pomme dans mon sac...
Quel âne ! Bon... Crunch !

329

Tout au fond du parc,
Un pardessus endormi
Sur un banc de bois.

330

Et pour mon quatre heures,
Tartine de beurre frais,
Chocolat râpé.

331

Voilà : une aile et
Il vole, l'hélicoptère
Volé sur l'érable.

332

Déjeuner sur l'herbe,
Dessus le bocal d'olives,
Une olive à pattes.

333

Balade en hiver :
Pull : je l'ai, bonnet : je l'ai.
Moi aussi, gelé.

334

Danse de la pluie :
Danseurs, vous êtes un peu
Les plombiers du ciel.

335

Elle ne vient pas ?
Faut ruer dans les rancards,
Amoureux déçus.

336

Janvier sur la lande,
Je presse le pas bientôt
Dans le soir désert.

337

« Qu'est-c' que tu écris ?
M'a dit le petit garçon.
— Un haïku. C'est fait. »

338

Haro sur le monstre :
Un bouc, front garni de... bois !
Le bouc est mi-cerf.

339

Jaunes, brunes, rouges
Taches dans la rue, trempées
Par les pluies d'automne.

340

Il en faut du temps,
Pour faire un château de cartes.
Mais pour l'écrouler...

341

Payé l'ébéniste
Hier avec un chèque en bois :
Ça va le scier !

342

G U id-id-id-id-id-id-id
2 ré g-g-g-g-g-g-g-g-g-g ce haïku
Mi-rébus, mi-mots.

343

Cibles sur l'étang :
Dans le mille à chaque fois,
Les gouttes de pluie !

344

Le Soleil, sur Terre,
Il se lève et il se couche
Toujours quelque part.

345

Dans le soir d'été,
Le vol lourd d'un hanneton
Sous le vieux platane.

346

Madelon, Guignol
Lui reste toujours fidèle
– En mari honnête.

347

Ce petit garçon
Qui pose l'air sérieux...
Le temps a passé...

348

Les deux bras ballants
Sur le dossier d'une chaise
Du parc, elle attend...

349

« Qu'on ne vienne pas
M'interdire de fumer ! »
Dit le jardinier.

350

Dans l'écrin du ciel,
Une belle pièce jaune
Sur du velours gris.