Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


Haïku & senryû (série XI)



251

Zéro plus zéro
Égale tête à totos.
(Zéro pour l'hygiène !)

252

Le cèpe à son fils :
« Pouah ! Tes coprins chevelus,
Qu'ils sont mal coiffés ! »

253

Matin gris d'automne,
La pluie frappe à mes carreaux
Et je me rendors...

254

Les a-t-il comptés,
Les douze coups de minuit,
Le chat sur la place ?

255

« Un, deux, trois soleils ! »
Dit le gamin, étonné
Par le parhélie.

256

Émaux et camées :
Théophile connaissait
Le pouvoir d'émaux.

257

« Z'êt's nombreux là-d'dans ? »
Crie le fou aux passants, de
La cour de l'asile.

258

Hier j'ai garni
La tombe de mes parents
D'un bouquet de pleurs.

259

Gaffe à ta bobine :
Ta vie ne tient qu'à un fil,
Hardi funambule.

260

Une loutre avide
Pêche un poisson : quel spectacle !
(Spectacle de ru.)

261

Kailas, « Kang Rimpoche »,
Précieux joyau des neiges,
Nord, Sud, Est, Ouest.

262

Bière sans alcool :
De quoi boire un petit coup
Sans penser à malt.

263

Le corps du cheval
Est recouvert de poils courts.

(Cours moyen, Hachette.)

264

Plouf ! fait la grenouille
– Mais la revoilà bientôt...
Curieuse, va !

265

Châtaignier, tes bogues,
Le hérisson les prend-il
Pour ses rejetons ?

266

Les fils électriques
Sont essentiellement
Faits pour les oiseaux.

267

Balcon d'à côté,
Une chaussette étendue.
Quid ? Unijambiste ?

268

Sur la pleine Lune,
La silhouette en passant
D'un avion blanc.

269

Ignoré de tous,
Le premier des Mohicans
(Le second pas mieux).

270

Calme horizontal
De la mare d'où s'élancent
Les hauts joncs dressés.

271

Les grands magasins,
Plus ils sont grands, plus leurs prix
Sont petits, peuchère !

272

J'ai passé tout près
D'un geai qui songeait sans doute
– Pas bougé, le geai.

273

Minuit et demi...
Tic... tac... murmure l'horloge
Qui ne dort jamais.

274

Elle était connue,
La tête à Blum : il avait
Le front populaire.

275

Il neige... Il est tard,
La nuit envahit le bois.
Viens donc devant l'âtre...