Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


Ez le Sage



« Eh, le sage ! (C'est ainsi
Qu'on s'adresse à Ez le Sage),
Eh, le sage que voici,
Aux mystérieux messages,

Eh, le sage à l'air ravi... ! »
Lors il s'arrête, Ez le Sage.
Bon, j'aimerais son avis
Sur la vie. « Apprentissage !

— Eh, le sage ! Et quoi ? La vie,
C'est apprendre à tous les âges,
L'esprit jamais assouvi ?
C'est faire bien de l'usage !

Eh, le sage ! Mon souci,
Vois-tu, c'est la Nécrophage.
Dis, quelles péripéties
Au-delà du sarcophage ?

Eh, le sage ! (Il est servi,
Le vénérable Ez le Sage !),
Réponds : est-ce la survie
Qui nous guette au finissage ?

Eh, le sage ! As-tu suivi ?
Survit-on au fossoyage ? »
Bon, sa réponse est obvie,
Au marabout : « Bon voyage !

— Eh, le sage ! (C'est ici
Qu'il m'ébahit, Ez le Sage),
Eh, le sage, Dieu merci,
La mort n'est donc qu'un passage ?

Eh, le sage ! Vis-à-vis,
Visage contre visage
Avec la mort qui ravit,
Que feras-tu ? Quel présage ?

Eh, le sage à l'air ravi... ! »
Lors il sourit, Ez le Sage...
Bon... Mais quel est son avis
Face à la mort ? « Chut ! — Ah, ça, j'... »

Ez le Sage, facétie,
Ou malice, ou badinage,
M'a dit : « Chut ! » puis s'est assis,
La tête dans les nuages.


Annonay, jeudi 16 mai 2019