Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


Deux poèmes pour changer d'année



Poème de la Saint-Sylvestre
(Réveillon 2015)



C'est soir de réveillon sur Terre.
Je suis si seul, abandonné...
Mais enviez le solitaire
Qui finit en solo l'année

En fêtant son anniversaire.
Je découpe un bout de gâteau
(De celui qu'exprès j'ai fait faire).
C'est 2016 bientôt :

Devant mon grand miroir de verre,
« Puisse, me dis-je à la minuit
En levant – combien haut ! – mon verre,
L'année passer sans trop d'ennuis. »

Bon, ce n'est pas le jour, peuchère,
Pour les regrets ou les aveux ;
Permettez plutôt que j'insère
Ici pour nous mes meilleurs vœux :

(Souffrez aussi bien que j'adhère
Pleinement aux vœux susnommés :
Cet « Ici pour nous » solidaire
En est la marque proclamée)

Que l'an qui naît soit salutaire,
Qu'il nous apporte ... (à compléter),
Puis santé, finances prospères
Et tout ce qu'on peut souhaiter ;

Pour le poète, rimes claires,
Des lecteurs pour les estimer...
Et plein d'amour pour qui espère
Être en retour d'un(e) autre aimé(e).

(Moi je songe, l'âme légère,
Qu'on a souvent tant à gagner
D'être seul – qu'elle était mégère ! –
Que d'être mal accompagné ;

Bah... On erre sa vie entière,
Aller, venir, partir, rester...
Tout ici-bas n'est qu'éphémère
Et rien ne dure en vérité).

2016 et quoi ? Mystère,
Qui connait du destin les voies ?
S'il a parlé, il faut se taire
Et prendre ce qu'il nous envoie.

Au revoir donc, très chers, très chères,
Messieurs, je vous serre la main,
Mesdames, c'est vous que je serre
Sur mon cœur. Que vos lendemains

Chantent, qu'ils soient pleins de lumière
Et de poèmes rutilants...
Tiens, d'ailleurs, en avant-première,
Voici celui du Jour de l'An :


Poème du Jour de l'An
(Premier de l'An 2016)



Les arbres sont nus, le soleil les cueille
Du premier rayon du 1er janvier.
Il fait froid ; pourtant ils n'ont plus de feuilles,
Les arbres l'hiver pour se rhabiller.

Même au Jour de l'An, il faut que l'on prenne
Le premier repas du 1er janvier.
Ô, gueule de bois... C'est une verveine
Qu'à mon déjeuner je veux convier.

Neige, où te tiens-tu ? ... Ah ! Voici que tombent
Les premiers flocons du 1er janvier.
Las ! C'est un nuage, un seul qui succombe
Bientôt au soleil qui revient briller.

« Bien la bonne année ! » C'est la complaisance
Du premier bonjour du 1er janvier
Que de souhaiter santé, bonheur, chance.
Puisse amour jamais ne vous oublier !

Les moineaux ont faim : vois-les qui picorent
Les tout premiers vers du 1er janvier.
Des vers, j'en ai fait, j'en ferai encore,
Moineaux, mais les miens sont encre et papier.

Sous le gui, dit-on : ainsi doit se faire
Le premier baiser du 1er janvier.
« Bise à toi, ma sœur ! — Bise à toi, mon frère ! »
Cousines, cousins, parents, alliés.

La journée s'achève... Oser en offrande
Mon premier poème au 1er janvier :
Telle était l'idée. C'est fait, salut ! Rende–
–Ez-vous l'an prochain... au 1er janvier !


Annonay, jeudi 31 décembre 2015
et vendredi 1er janvier 2016