Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


Correspondance (II)



I

Adieu Paris, adieu Aline, je te raye de ma vie. Il y a juste un petit détail... Tu es femme, tu es belle et je t'aime.


Aline,
Câline,
Etc.,
Ça passera,
Tout passe un jour,
Les mots d'amour,
Les maux d'amour.
Ton cœur : ouvert, fermé ? Fermé. Toujours ? Souvent,
Pourtant je t'ai aimée plus qu'aucune autre avant.


Je t'aime et le temps et la distance n'y ont rien changé et n'y changeront rien. Qui me reprochera mon inconstance ?


Je serai au cœur de ta vie ;
Rien ne délie deux âmes sœurs.
Etc.,
Ça passera.
Dis, Cupidon,
L'amour est don
Mais l'abandon,
Archer vénusien, tu connais ; ton trait sait
Trancher le doux lien que tu avais tissé.


Mais il y a juste un autre détail : tu ne m'aimes pas.


Mais est-ce ma présence ? En me montrant la porte,
Soudain tu dis : « J'ai peur, pars d'ici, je t'en prie ! »
Etc.,
Ça passera,
Moi je suis bien
Passé. Combien,
Dis-moi, combien
De temps dure un amour quand il est éternel ?
Un chant de troubadour : « Aline et Lionel... »


Adieu Aline, je te raye donc de ma vie, adieu mon amour. Il me reste les mots pour me consoler.


Et là, du dernier pont, je t'ai vue en silence
Belle, fine et menue, t'éloigner à jamais.
Etc.,
Ça passera,
Comme l'eau qu'on
Voit sous les ponts.
Je t'en réponds :
D'autres que nous naîtront, l'eau coulera encor
Et d'autres connaîtront l'effusion des corps.


Je t'aime et ni le temps ni la distance n'y changeront rien. Jamais.


II

Merci pour tes mots. Que l'amour puisse un jour te réjouir !


Puis l'espoir désormais tient ton âme ravie :
Aimer et être aimé, c'est pour ça que l'on vit.
Etc.,
Ça passera.
L'espoir fait vivre
Ou fait survivre
Ou il enivre
Et qu'importe le vin pourvu qu'on ait l'ivresse !
Menteur ! Ce qu'il advint de tes belles promesses...


Ton cœur va s'ouvrir à celle qui t'est destinée. Que le temps et la paix soient tes alliés pour vivre l'aventure de la vie. Bon voyage...


Mais si la vie rassemble un jour les cœurs transis,
Nous écrirons ensemble une autre poésie.
Etc.,
Ça passera,
Un jour tout passe,
L'amour se lasse.
L'amour, qu'il fasse
Attention à lui : je l'ai vu à l'ouvrage,
Combien fol qui le suit ; qui le fuit, combien sage !


Annonay, vendredi 20 février 2015