Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


Cœur



Cœur


Empire à deux états, royaume où l'on partage
Ce qu'il est de meilleur entre gens estimés,
Royaume où l'on chante à deux voix – ou davantage,
L'élan intérieur qui nous pousse à aimer,

Parfois empire où même, hélas, l'amour-flirtage
Rend triste et malheureux celui qui affirmait
Naguère : « Je vous aime ! », amour, preneur d'otages
Qu'un décret rigoureux voudrait bannir – ah, mais !

Royaume aux mille lois, nulle pareille à l'autre,
Qu'on y perde sa foi – vous y perdrez la vôtre,
On revient à grands pas fouler ton sol charmant

Et quand il doit finir son existence, l'homme,
Ce qu'il vécut là-bas, tous les meilleurs moments,
Ultimes souvenirs, hantent son dernier somme.


Annonay, lundi 11 décembre 2017