Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR (a) POÉSIES DE MON CŒUR (i)

Chansonnette funèbre

La mort est inique...
Il faisait la nique
Au toubib : bonjour !
L'autre, le malade,
Quelle rigolade,
Respire toujours !

Mon dieu, qu'il est loin le temps
Où j'étais un débutant
Face à la Camarde...
Au suivant ! Hélas, hélas,
Qui l'oublie, ell' passe,
Qui l'attend, ell' tarde !

La mort est injuste...
Était-il robuste !
Pourtant il est mort.
L'autre, petit être
Prompt à disparaître
Est vivant encor.

Mon dieu, qu'il est loin le temps
Où j'étais un débutant
Face à la Camarde...
Au suivant ! Hélas, hélas,
Qui l'oublie, ell' passe,
Qui l'attend, ell' tarde !

La mort est indigne...
Fameux, mieux : insigne
Vivant, il était.
L'autre, pauvre hère
Traînant sa misère
Pète la santé !

Mon dieu, qu'il est loin le temps
Où j'étais un débutant
Face à la Camarde...
Au suivant ! Hélas, hélas,
Qui l'oublie, ell' passe,
Qui l'attend, ell' tarde !

La mort est sans-gêne...
Nul mal pathogène
Pour lui ; mais il meurt.
L'autre, la vermine,
Reprend belle mine
Avec belle humeur.

Mon dieu, qu'il est loin le temps
Où j'étais un débutant
Face à la Camarde...
Au suivant ! Hélas, hélas,
Qui l'oublie, ell' passe,
Qui l'attend, ell' tarde !

La mort est unique...
Immortel ? Bernique !
Si l'on n' meurt, crénom,
Qu'un' fois, quand c'est l'heure,
Il faut bien qu'on meure
Qu'on le veuille ou non !

Mon dieu, qu'il est loin le temps
Où j'étais un débutant
Face à la Camarde...
Au suivant ! Hélas, hélas,
Qui l'oublie, ell' passe,
Qui l'attend, ell' tarde !
Annonay, mercredi 19 avril 2017