Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


Ce que j'aimerais



J'aimerais
Vivre longtemps
(En bonne santé)
Puis au printemps
– Sera-ce en été
Ou à l'automne,
Peut-être en hiver ? –
Quand l'heure sonne,
J'entends : la dernière,

J'aimerais
Partir sans drame,
Mourir souriant,
La paix dans l'âme
Et les yeux brillants
Du bonheur même
D'avoir près de moi
Les gens que j'aime,
Le cœur en émoi.

J'aimerais
Que l'on choisisse
Une poésie
Et l'air complice
Et la voix transie,
Qu'on la déclame
Puis, ô modestie,
Que l'on acclame
L'auteur tôt parti.

J'aimerais
Qu'on incinère
Mon grand corps désert,
Je ne veux guère
Nourrir quelques vers.
Le sort commun :
Pitance, c'est bien
Triste pour un
Végétarien.

J'aimerais
Que ces gamins
Bien après moi nés,
Vivent demain
De longues années.
Au livre d'or
Des saisons détruites,
Les vieux d'abord,
Les jeunes ensuite.

J'aimerais
Dire à ma fille
Cette vérité,
Soleil ne brille
Pas qu'aux mois d'été,
Anouk chérie,
Souviens-t 'en toujours,
Le temps guérit
Les maux de l'amour.

En attendant,
J'aimerais
Pouvoir encor
Faire des photos,
Suffit la mort,
Il est bien trop tôt !
Pouvoir encor
Faire des poèmes,
Plus tard, la mort,
Après, l'heure blême !
Pouvoir encor
Marcher dans les bois,
Assez la mort,
Pour l'heure oublie-moi !
Passe le temps,
Je veux souhaiter
Vivre longtemps
(En bonne santé).


Davézieux, lundi 8 juillet 2013