Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


À vous tous mes amis



Quand j'aurai vu la mort, quand j'aurai fui la Terre,
N'enterrez pas mon corps, je veux qu'on m'incinère.
Moi qui ai tant ourdi de jeux de mots infâmes,
Pour le coup je me dis que passé par les flammes,
On pourra en voyant mon urne sur l'autel
S'exclamer en riant : « C'est bien feu Lionel ! »

L'existence ? On y tient surtout pour ceux qu'on aime.
La mort ? La mort n'est rien et je n'ai pas de peine
En songeant à ma fin. Un beau jour ici-bas
Le rideau tombe enfin, le rideau qui s'abat.
Si parfois quelques pleurs emplissent mon regard,
C'est parce que j'ai peur pour tous ceux qui plus tard
Auront une pensée pour moi et, je l'espère,
M'auront quand je passai un peu aimé sur Terre.

Mes amis, un matin, vous avez connu l'heure.
Le Maître, le Destin, le Grand Ordonnateur,
Son nom importe peu, vous a mis sur la liste
Où sont ajoutés ceux qui ont quitté la piste
Du cirque de la vie. Moi, j'y présente encor
Mon numéro. Je vis et l'envers du décor
Reste en moi ignoré. Comment est-ce au-delà ?
Bien sûr, je le saurai quand la mort sera là
Mais j'aurais tant aimé que vous puissiez, folie,
Geste inaccoutumé, aimable anomalie,
Faire entendre mutin le son de votre voix
Afin d'être certain qu'alors on se revoie.

Aviez-vous donc besoin de fâcher la camarde,
Vous, mes amis, copains, collègues, camarades ?
Le Maître, le Destin, le Grand Ordonnateur,
Que je rencontrerai à mon tour, à mon heure,
Vous aurait-il, qui sait, fait là quelque faveur ?
Et si cette pensée me réjouit le cœur,
Mon cœur parfois s'alarme ; il m'arrive, j'avoue,
De lâcher une larme en repensant à vous.
Paul, Nathalia, Guy, toi, mon vieux Mirabelle,
Et toi, Philippe, qui as choisi ta fin, celle
À qui tu fis appel pour quitter à jamais
En un geste mortel les gens que tu aimais.
Et tant d'autres encor qui ont vu leur esprit
S'enfuir loin de leur corps : la vie est à ce prix...

Quand j'aurai vu la mort, quand j'aurai fui la Terre,
N'enterrez pas mon corps, je veux qu'on m'incinère.


Annonay, fin octobre 2012