Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


Anarchie



La dictature, c'est ferme ta gueule, la démocratie,c'est cause toujours.


Comme les bovins au pré avachis,
Empereur, régent, l'homme suit son maître
Ou ses dieux parfois, ou même ses prêtres.
Moi je suis mon maître et crie : « Anarchie ! »

Toi tu suis ton maître et moi, l'affranchi,
Je ne suis personne et je suis mon maître,
Tu parles de suivre et moi du verbe être,
Le français est traître, ami. Anarchie !

Quand le roi décide, on dit monarchie,
Puissance divine héritée du ciel.
Pour moi, héritage exceptionnel :
Une exception nommée anarchie.

Le souverain de toutes les Russies
Fut éliminé jadis sans appel
Par les Rouges mais, ô destin cruel,
Ce fut pire alors. Rien sauf l'anarchie !

Pour qui votes-tu ? La démocratie
Te dit : « Élis bien ton représentant ! »
Moi je vote moi, le plus important :
L'autogestion, son nom : anarchie.

Qui est au pouvoir aisément franchit
Le seuil de la loi. Resserrez les rangs,
Il était César, le voilà tyran.
L'attirant pour moi s'appelle anarchie.

Chant national, drapeau, quel gâchis...
Chante de bon cœur, ce chant symbolise
La mère patrie. En toute franchise,
Moi je chante seul : « Vive l'anarchie ! »

Comme ton miroir, ami, réfléchis,
Ne délègue rien, quoi que l'on en dise
Puis gouverne-toi et prends pour devise :
Ni dieu, ni maître et vive l'anarchie !


Davézieux, samedi 25 mai 2013