Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


Amour, le cœur las



Vous m'avez, madame, et la mine austère toute,
Passagère du train, promptement attiré...
Alors, je vous aimai ; oui, j'ai aimé sans doute
Votre air un peu contraint, vos cheveux noirs tirés
En arrière, vos yeux, ces lunettes sévères
Aux deux verres jumeaux, regard inquisiteur,
Votre ton sérieux, vos mains de secrétaire
Qui tapaient plein de mots sur votre ordinateur.

Vous ne m'avez pas vu. Au demeurant, qu'importe,
Les gens que l'on rencontre ont une vie aussi
Mais j'aime l'imprévu quand l'imprévu apporte
Deux heures à la montre où l'on est bien. Merci.
Vous étiez, madame, et la mine tout austère,
Assise dans le train et je vous ai vue là
Et moi je vous aimai – l'amour, charmant mystère,
Vient parfois plein d'entrain réveiller les cœurs las.


Dans le train, lundi 20 novembre 2017