Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR
Les cahiers des
P O É S I E S   D E   M O N   C Œ U R


Alinagrammes



J'étais, main tenant
Mon stylo (ça va, un stylo, ça court),
Le Lion du gag et du calembour,
De l'anagramme et
L E   L I O N   R A M A I T
(Il est éprouvant parfois de rimer).

Le Lion ramait. Ramait et s'armait.
S'armait pour t'aimer – t'aimer à jamais.
À jamais d'accord mais même en s'armant,
On est désarmé face aux faux serments.

Je suis maintenant
(Pour jouer encore avec le discours :
Charade, rébus, bons mots et toujours
L'anagramme fine)
L E   R O Y   N U   D' A L I N E
(Nu comme un amant. Pas vrai, Courteline ?)

Le roy nu d'Aline a froid : il est nu.
Quand on est amant, c'est fort bien venu
Mais si l'on a froid, le cœur dépouillé,
On est inspiré de se rhabiller.

Note de l'auteur : lecteurs et lectrices,
Seul qui nous (*) connaît – pardon et merci,
Saura déchiffrer les lettres complices
Du vers numéro cinq, et quinze aussi.

(*) Ah, qui est ce « nous » ? Je n'ai rien à dire
D'autre. Crois-tu donc qu'ici j'atermoie ?
Non, j'en ai déjà trop dit. On soupire ?
Un indice alors... Nous, c'est elle et moi.


Annonay, samedi 7 février 2015


Note de l’auteur : l’impossibilité où se trouvera la (quasi) totalité des lecteurs de déchiffrer les « alinagrammes » mentionnées dans le titre ne l’empêchera pas - au moins ai-je la faiblesse de le croire - d’apprécier ces quelques vers.