Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR POÉSIES DE MON CŒUR

À deux dans la ville

Poème insouciant sur les premières mesures de : « Cry Me A River » (Arthur Hamilton, 1953).
À deux dans la ville,
On a le cœur content...
Aussi va-t'en,
Tristesse servile,
Laisse-nous prendre du bon temps.

« À toi que j'adore »,
Faire-part indiscret
Mis à la craie
Sur le mur que dore
Le soleil couchant, tons ocrés.

Pendant l'été, certes,
On est si langoureux...
Deux amoureux
Dans la nuit dissertent
Sur l'amour qui les rend heureux.

Allons en voyage
Au bout de l'avenue :
Pari tenu,
Avec toi en gage,
Pourquoi partir pour l'inconnu ?

Jouons, c'est le thème,
Aux mots d'amour : à moi !
L'âme en émoi,
Je choisis : « Je t'aime » :
Honte au galant qui atermoie.

Sous la pluie d'automne,
Marchons incontinent
En chantonnant :
« Ciel, quand tu moutonnes,
Tu ravis ceux qui vont flânant ! »

Dans la rue qu'éclairent
Les réverbères blancs,
Faisons semblant
D'être seuls sur Terre –
Seuls, oui, mais d'ardeur redoublants !

Chaque feuille morte
Nous dit, l'air racorni,
Que tout finit
Un jour mais qu'importe
À nous deux que l'amour unit !

En hiver sans doute,
Tout va au ralenti...
Toi qu'investit
L'amour, ne redoute
Pas le froid : tu l'anéantis !

Prenons – que t'en semble,
Ma mie que j'aime trop ? –,
Dans ce bistrot
Un p'tit verre ensemble
Sur le comptoir, façon rétro.

Tout va, c'est illustre
Deux par deux ici-bas...
Nos célibats,
Voilà bien des lustres
Qu'ils sont pleins d'amoureux ébats !

Au printemps fantasque,
Au joli mois de mai,
Pour mieux s'aimer
Faisons mille frasques,
Mille – et sans nous lasser jamais !

Mon amour, regarde
Les jaloux agacés
De voir passer,
– Que Vénus nous garde ! –
Deux cœurs tendrement enlacés.

Montons en calèche
Pour faire un tour charmant,
Moi, ton amant
Que l'amour allèche
Et toi, ma belle au bois dormant...

À deux dans la ville,
On a le cœur comblé...
Aussi tremble et
Fuis, jalousie vile,
Rien ne peut nous désassembler !
Annonay, dimanche 7 juin 2020
Si vous désirez écouter le thème qui a inspiré ce poème, vous pouvez utiliser le lecteur ci-dessous. Pour initialiser le lecteur, rechargez simplement la page (touche F5).

Cry Me A River

(Version du Alive Saxtett)