Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR

Faire du neuf...

(note publiée le 11 janvier 2019)
J'ai lu naguère les propos d'un monsieur bien placé qui disait : « Ceux qui singent la poésie du passé m'accablent ». Voilà qui m'interpelle, moi qui écris volontiers en tâchant d'appliquer les règles de la poésie classique – avec tout de même deux ou trois adaptations au français contemporain. Horreur ! Ne ferais-je que « singer » mes célèbres prédécesseurs ?

Certes, singer qui ou quoi que ce soit est accablant. Quoique... Quand c'est bien fait... Bon, me direz-vous, quand c'est bien fait, on ne parle plus de singer. Bah, question de vocabulaire et c'est bien là tout le problème : les mots n'ont jamais la même portée, ils dépendent de ceux qui les emploient, certes avec une base commune sans quoi les échanges seraient impossibles mais cette base, pour être indispensable, n'en est pas moins ténue et les nuances sont nombreuses. Ajoutez-y les goûts et les couleurs, jamais les mêmes entre les lecteurs et la singerie devient chef-d'œuvre – ou inversement.

En tout cas, qu'ils singent ou pas, je continue à préférer la lecture de mes collègues en poésie qui savent jouer du vers, du rythme et de la rime, bien loin des tristes guignols juste capables d'aligner des mots au sens abscons. J'ai déjà parlé de ces pseudo-poètes, gribouilleurs pitoyables qui croient qu'il faut être obscur pour faire de la poésie (soyons honnêtes : il existe, j'en ai rencontré récemment, des auteurs qui réussissent à combiner versification et charabia ; remarquez, ceux-là peuvent se réclamer de noms illustres et d'autres ont écrit, au moins pendant une partie de leur vie, des vers à la signification obscure).

Mais dépassons, si vous le voulez bien, le problème posé par les nuances que peut prendre tel ou tel mot, problème de toute façon insoluble et demandons nous : pourquoi faudrait-il faire du nouveau à tout prix ? D'ailleurs, est-il bien raisonnable de croire que c'est possible ? Nous trimballons 2 000 ans de civilisation et même un peu plus. Il faut se faire à cette idée : tout a été dit – ou presque et sous toutes les formes possibles. Bien naïf qui croit qu'il va inventer !

J'ai cru récemment y arriver, en utilisant à la rime un mot coupé en deux... Ce sacrilège mérite qu'on l'ose, me suis-je dit, certes à petites doses, mais il apporte un je-ne-sais-quoi d'insolite... J'ai donc écrit ceci : Je parle de l'amour ! C'est un sujet, me semble–
T-il que tous les auteurs ont évoqué, pardi !
Il ne s'agit là que d'une coupe raisonnable, en quelque sorte, entre deux termes d'une seule expression. On pouvait faire mieux (ou pire, seul le lecteur est juge) : La journée s'achève... Oser en offrande
Mon premier poème au 1er janvier :
Telle était l'idée. C'est fait, salut ! Rende–
–Ez-vous l'an prochain... au 1er janvier !
Là, c'est carrément « Rendez » du mot « Rendez-vous » qui passe à la tronçonneuse.

Mais lisez ceci : Il va rôdant comme un loup
Autour du cœur de beaucoup
Et s'élance tout à coup

Poussant un sombre hou-hou !
Soudain le voilà roucou-
Lant ramier gonflant son cou.
La voilà bien, l'innovation ! Verlaine, dans cet extrait de « Chair » (« Dernières poésies, Prologue » in « Chansons pour elle et autres poèmes érotiques », Folio) a coupé « roucoulant » en deux bien avant moi ! Quand je vous disais qu'il est folie de chercher à faire du nouveau...

Ici, j'entends certaine voix qui me dit : « Mais il ne s'agit pas de faire du nouveau à tout prix ! Il s'agit de ne pas singer ! ». Et hop, retour à la case départ et la singerie devient chef-d'œuvre – ou inversement. Étonnant, non ?