Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR

Notes sur l'écriture : spontanéité, sincérité... et après ? (1)

(note publiée le 27 septembre 2014)
Il faut, à minima, pour qu'un poème touche quelques lecteurs, écrire avec sincérité. Je tiens la sincérité comme la plus grande vertu du poète. Elle ne suffit certes pas à faire des poèmes, mais elle est à la base de toute création.

La spontanéité est encore autre chose. Le Robert donne plusieurs définitions du mot spontané : ce que l'on fait soi-même, sans être incité ni contraint par autrui ; puis : qui se fait de soi-même sans avoir été provoqué ; encore : ce qui se fait sans que la volonté intervienne ; enfin : qui s'exprime directement, sans réflexion, calcul, ni contrainte. Ici, on retrouve la notion de « premier jet. » Ou, image têtue et évidemment fausse, celle du poète échevelé, écrivant avec sa plume d'oie sur son parchemin, sous l'influence bienveillante de sa muse, suprême inspiratrice.

La spontanéité peut être le point de départ, comme une espèce de garantie que le poète sera authentique dans ses écrits. Mais rien de plus. Au-delà de l'élan spontané, écrire demande beaucoup de travail. Le premier jet, évoqué plus haut, ne donne que rarement (oserais-je écrire : jamais ?) des résultats satisfaisants, parce que la langue française est riche de tant de mots, d'expressions, de tournures, de subtilités qu'il est impossible de transcrire ce qu'on veut exprimer de la manière la plus juste (c'est-à-dire sincère) du premier coup. Dans certains cas, je soupçonne la spontanéité de servir, à son corps défendant, de prétexte pour s'éviter le travail d'écriture.

Toute création est un subtil mélange d'inspiration et de technique. L'inspiration touche, me semble-t-il, la partie féminine de tout être humain. C'est la part non maîtrisable. On ne décide pas qu'on sera inspiré lundi prochain entre 16 h et 16 h 30... Voilà, juste retour, où le mot spontanéité peut trouver sa place. Telle scène vue, telles paroles entendues, tel fait divers vont susciter l'intérêt et, parfois, l'envie d'écrire (personnellement, ça se traduit toujours par quelques premiers vers que je griffonne sur un support quelconque. Curieusement, tout est généralement en place cette première fois, j'entends au plan technique : mètre, type de rimes, etc.). La suite n'est pas aussi simple, non pour des raisons techniques mais pour conserver tout au long du travail d'écriture l'équilibre entre la sincérité, l'authenticité indispensables et les mots sur le papier. Autrement dit : entre le fond et la forme. Par exemple, vais-je remplacer cette rime pauvre par une rime suffisante ou riche et, donc, changer ce mot en bout de vers, au risque de le remplacer par un autre qui dira moins bien ce que je ressens ?

(à suivre)