GaleriesGaleries, version allégée Nouveautés Bibliothèque Logiciels
Notes Liens Contact Droits

(Haut de page)

Logiciels

Expression Media 2 - Exifer - EXIFToolGUI - PhotoME - FastPicture
JPEGCrop - Photo Supreme - Daminion - XnViewMP - digiKam

Catalogage : Photo Supreme (PSU)


Photo Supreme est passé à la version 4 depuis le 5 février 2018. Pour en savoir plus sur le logiciel, vous pouvez vous rendre sur la page officielle de PSU.

Photo Supreme est le successeur d'IDimager, précédemment testé dans cette rubrique (attention, la page de test a été retirée, IDimager n'étant plus disponible).

Historique – Photo Supreme est un des deux seuls actuels catalogueurs du marché (avec Daminion), c'est-à-dire qu'il s'agit d'un outil spécialement dédié au catalogage de fichiers, à l'exclusion (ou presque) d'autres fonctions. Son ancêtre, IDimager v.5 a été abandonné à l'automne 2012. On notera que Photo Supreme, à la différence de son prédécesseur, est disponible sous PC et sous Mac.

Caractéristiques – Photo Supreme (alias PSU) reprend nombre des caractéristiques d'IDimager :
  • multi catalogage : PSU permet la création d’autant de catalogues que voulu. Pratique pour créer, par exemple, un catalogue pour un projet donné. Un catalogue n'a pas de limite théorique de taille et de nombre de photos.
  • reconnaissance des balises EXIF, IPTC et bien sûr XMP.
  • synchronisation des fichiers : elle est manuelle. La synchro automatique, source de problèmes, a été abandonnée depuis la version 2 de PSU.
  • synchronisation dans les deux sens : on peut importer ou exporter des champs à volonté.
  • attribution des champs de multiples façons : par simple glissé, par génération de modèles à créer soi-même, par recherche rapide des balises ou par développement de leur arborescence, etc.
  • affichage paramétrable selont cinq modes d'affichage.
  • prise en compte des profils et des espaces de couleurs.
  • chaque catalogue occupe deux fichiers, ce qui facilite bougrement les sauvegardes. À comparer aux logiciels qui créent des centaines de fichiers (dont les vignettes). Un fichier regroupe les vignettes (attention : dans PSU, la création d'aperçus n'est plus une option, elle est obligatoire, mais on peut choisir leur taille), l'autre la base de données proprement dite.
  • fonctions de recherche impressionnantes : rapide, avancée, directement sur les labels du catalogue. Le choix des opérateurs ET et OU n'est pas combinable, mais PSU permet le stockage d'un nombre illimité de recherches avec possibilité de les combiner à l'infini dans de nouvelles recherches. On peut ainsi créer, par exemple, une recherche portant sur ((A ET B) SAUF C) + D + (E OU (F SAUF G)), etc.
  • affichage et tri très rapides selon de nombreux critères.
  • deux modes d’affichage : détails (avec colonnes paramétrables, y compris ses propres champs personnalisés) et vignettes. Les modes sont configurables.
  • table lumineuse.
  • diaporama.
  • gestion des envois par courriel et vers plusieurs sites de partage.
  • traitements par lot sur les fichiers, avec de très nombreux paramètres possibles et bien sûr, enregistrement des traitements favoris pour s'en resservir à volonté.
  • scripteur intégré (pour qui maîtrise le langage des scripts) avec possibilité d'employer les scripts enregistrés dans un traitement par lot.
  • historique des opérations et des affichages successifs.
  • géolocalisation complète avec cartes, recherche directe ou récursive, gestion de l'altitude, etc.
  • gestion de zones sur les photos.
  • gestion des versions.
  • retouches non destructives (palettes) avec possibilité toutefois d'enregistrer les photos en y intégrant ces retouches.
En conclusion... – Permettez-moi de reprendre (en partie au moins) les quelques mots que j'écrivais en 2012 pour IDimager : « La gestion des photos numériques implique l'emploi d'un logiciel dédié. Si vous ne me croyez pas, rendez-vous dans quelques mois/années avec vos Xxxx... photos en vrac et la mission de retrouver rapidement telle image aux caractéristiques précises. Curieusement, le marché est plutôt pauvre, la plupart des produits proposés étant plutôt des outils de retouche (Lightroom, ACDSee) intégrant des fonctions de catalogage. »

Photo Supreme a logiquement succédé chez moi à IDimager comme outil de catalogage malgré les réserves que j'avais faites lors de la sortie de la version 1. Il faut rappeler qu'IDimager a été arrêté à la version 5... Son successeur en est à la 4 depuis début février 2018. Il sera très probablement encore amélioré mais il est déjà un excellent outil pour qui décide de commencer le catalogage de ses photos.


La partie gauche de PSU. La version 4 a adopté un choix d'affichage par onglets, plus pratique que l'option précédente.




Le panneau des infos liées à une photo. Si les champs du haut sont fixes, ceux du bas (dits champs personnels) sont paramétrables (la présente vue est partielle, elle a été coupée vers le bas).




Le panneau permettant d'attribuer un ou des labels à une photo. Bien entendu, on peut aussi utiliser le glissé-déposé depuis la partie gauche de l'écran (catégories).


Nicéphore Niépce